Actualisé 14.10.2015 à 17:43

Scandale FIFA

Le Qatar pas encore contacté par la Suisse

Les organisateurs de la Coupe du monde 2022 disent ne pas avoir eu de contact avec le Ministère public de la Confédération, qui enquête sur les conditions d'attribution de l'événement.

1 / 150
Jack Warner, l'ex vice-président de la FIFA estime ne pas devoir 'un sou' à l'organisation et que c'est au contraire elle qui a des dettes envers lui. Il est soupçonné notamment d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Afrique du Sud qui aurait ainsi voulu décrocher l'organisation du Mondial-201. (Image d'archive)

Jack Warner, l'ex vice-président de la FIFA estime ne pas devoir 'un sou' à l'organisation et que c'est au contraire elle qui a des dettes envers lui. Il est soupçonné notamment d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Afrique du Sud qui aurait ainsi voulu décrocher l'organisation du Mondial-201. (Image d'archive)

AFP
La perquisition à la Fédération française de football (FFF) visait des «documents relatifs aux modalités de collaboration de Platini avec la FIFA entre 1998 et 2002» . (9 mars 2016)

La perquisition à la Fédération française de football (FFF) visait des «documents relatifs aux modalités de collaboration de Platini avec la FIFA entre 1998 et 2002» . (9 mars 2016)

AFP
La perquisition à la Fédération française de football (FFF) visait des «documents relatifs aux modalités de collaboration de Platini avec la FIFA entre 1998 et 2002» . (9 mars 2016)

La perquisition à la Fédération française de football (FFF) visait des «documents relatifs aux modalités de collaboration de Platini avec la FIFA entre 1998 et 2002» . (9 mars 2016)

AFP

Interrogé sur une éventuelle prise de contact du procureur général de la Confédération Michael Lauber depuis l'ouverture de l'enquête en mai, presque cinq mois auparavant, Nasser al-Khater, secrétaire général assistant du comité d'organisation de la Coupe du monde 2022, a répondu «non». Khater, qui s'adressait à des journalistes à Doha, n'a pas voulu faire d'autre commentaire.

La justice suisse enquête sur les conditions d'attribution du Mondial 2018 à la Russie et du Mondial 2022 au Qatar, qu'elle soupçonne entachées d'irrégularités. Lors d'un point sur l'enquête helvète, le 14 septembre à Zurich, Michael Lauber avait estimé que celle-ci «était encore loin de la mi-temps». (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!