JO 2016: Le quatre sans barreur suisse devra faire mieux
Actualisé

JO 2016Le quatre sans barreur suisse devra faire mieux

Grands favoris au titre avec les Néo-Zélandais, les Suisses disputeront mardi les demi-finales.

Le Genevois Lucas Tramèr et les Alémaniques Simon Gyr, Simon Niepmann et Simon Schürch ont toujours été à la traîne durant leur série.

Le Genevois Lucas Tramèr et les Alémaniques Simon Gyr, Simon Niepmann et Simon Schürch ont toujours été à la traîne durant leur série.

photo: Keystone

Le quatre sans barreur suisse poids léger n'a pas convaincu pour son entrée en lice aux JO de Rio. L'ambitieux quatuor helvétique s'est certes qualifié pour les demi-finales, mais en ne prenant «que» la 3e place de sa série, la dernière directement qualificative.

Le Genevois Lucas Tramèr et les Alémaniques Simon Gyr, Simon Niepmann et Simon Schürch ont toujours été à la traîne durant leur série, disputée dans des conditions difficiles en raison du vent. Et après 2000 m, ils se sont fait devancer sur la ligne par les Italiens (1ers) et les Chinois (2es).

L'embarcation helvétique n'a toutefois pas vraiment été inquiétée pour la 4e place, qui aurait été synonyme de repêchage, en conservant près de quatre secondes de marge sur les Français.

«Trop prudents»

Grands favoris au titre avec les Néo-Zélandais, les Suisses disputeront mardi les demi-finales. Les champions du monde et d'Europe devront y présenter un tout autre visage que samedi s'ils entendent concrétiser leur rêve olympique.

«Il était sans doute nécessaire de devoir lutter dans cette série pour retrouver le rythme de la compétition», a jugé Simon Niepmann, dont l'embarcation n'avait plus été alignée depuis la fin mai et les épreuves du Rotsee. «Il y a aussi un bon côté puisque, après un tel résultat, nous ne sommes plus tout en haut dans la liste des favoris», a-t-il estimé.

Le rameur de 31 ans a aussi donné une explication à la performance mitigée samedi du quatre suisse. «Au vu des conditions de vent difficiles, nous ne voulions commettre aucune erreur. Du coup, nous nous sommes montrés trop prudents», a-t-il relevé.

Gmelin passe aussi

Le quatre de couple suisse n'a, lui, pas pu éviter le repêchage. Les Lausannois Barnabé Delarze et Augustin Maillefer, associés à Roman Röösli et Nico Stahlberg, auraient pu accéder directement à la finale A s'ils avaient pris l'une des deux premières places de leur série.

Las pour lui, le quatuor helvétique a terminé au 3e rang, à seulement 24 centièmes de la 2e place des Polonais. Corollalire, au lieu d'assurer dès samedi leur place en finale, les Suisses devront passer lundi par un repêchage. «Nous devons mieux gérer nos départs. Quand on prend du retard en début de course, il est difficile de revenir à cause des vagues», a commenté Barnabé Delarze.

Troisième embarcation suisse en lice samedi, Jeannine Gmelin s'est qualifiée pour les quarts de finale du skiff. La Zurichoise s'est classée au 2e rang de sa série, seulement devancée de 9''53 par la Chinoise Duan Jingli. La rameuse d'Uster a, en revanche, nettement pris le dessus sur ses autres concurrentes, de quoi assurer sa place parmi les trois premières, synonyme de qualification.

Vice-championne d'Europe et cinquième des Mondiaux en 2015, Jeannine Gmelin fait partie des outsiders à Rio. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion