Le Rababou a bien brûlé à Fribourg
Actualisé

Le Rababou a bien brûlé à Fribourg

Voleur de bois à qui Fribourg doit tous ses malheurs, le Grand Rababou n'a pas été épargné.

Sa mise à feu a été dimanche après-midi le moment fort du 40e carnaval des Bolzes en basse-ville de Fribourg.

Le triste sire ne pouvait pas espérer échapper à son sort. Signé de la plume acerbe du journaliste et historien Jean Steinauer, l'acte d'accusation a été implacable. Tous les malheurs que le voleur de bois a causés ont été passés en revue: la rupture de la voie CFF entre Fribourg et Berne, la pollution de la Sarine et les curés pédophiles.

Sans oublier la démission du préfet de la Sarine Nicolas Deiss, cet «amis des squatters et des sans-papiers»: le préfet a jeté l'éponge en 2007. Il n'avait pas du tout apprécié se faire taper sur les doigts par le gouvernememt fribourgeois après avoir critiqué les Genevois pour leur «laxisme» face aux squatters.

L'Auge fait une fleur à la Neuveville

Le Grand Rababou, ses 9 mètres de haut et ses 400 kilos, a été dressé dès 08h00 sur la place de la Planche supérieure dans le quartier de la Neuveville. Exceptionnellement cette année, son jugement ne s'est pas fait sur la place du Petit-St-Jean dans le quartier historique de l'Auge.

Festivités du 40e et foule accrue obligent, les Bolzes - nom du «peuple» de l'Auge - ont consenti au quartier voisin l'honneur de monter le bûcher. Le changement a surpris plusieurs automobilistes négligents: leur véhicule a été enlevé par la fourrière. La facture sera salée. «350 francs, sans oublier l'amende», assurait un spectateur qui parlait d'expérience.

Les festivités ont été ouvertes dimanche matin par le président du comité d'organisation Fritz Dick, en présence de représentants des autorités de la ville. Pour fêter ses 40 ans, le carnaval des Bolzes a vu grand: pas moins de 50 groupes, chars et guggen ont paradé. Deux cortèges ont sillonné la basse-ville semant un tintamarre à tout casser.

Météo radieuse

La météo a été du côté des carnavaliers. Temps sec et ensoleillé ont attiré la foule des grands jours. Les organisateurs sont sûrs d'avoir fait le plein avec plus de 20 000 visiteurs.

La mise à mort du Grand Rababou ne marque pas la fin du carnaval. Les festivités ont continué dimanche soir avec notamment un grand feu d'artifice vers 19h00. Le carnaval des enfants et le procès du petit rababou auront lieu mardi. (ats)

Ton opinion