Publié

Football«Le racisme dans le football n’existe pas, ou peu»

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, ne considère pas le racisme comme un mal récurrent dans le milieu du ballon rond.

par
Sport-Center
Noël Le Graët minimise l’importance du racisme dans le football.

Noël Le Graët minimise l’importance du racisme dans le football.

KEYSTONE

Il a suffi qu’une star planétaire comme Neymar accuse l’un de ses adversaires de racisme pour que le sujet revienne avec force sur le devant de la scène. Lors du choc au sommet PSG – OM, dimanche, le Brésilien est sorti de ses gonds après des accrochages à répétition avec Alvaro Gonzalez. «Dans notre sport, les agressions, les insultes, le fait de jurer font partie du jeu, de l'adversité. Tu ne peux pas être affectueux. Je comprends en partie ce gars, tout ça fait partie du jeu. Mais le racisme et l'intolérance sont inacceptables», a-t-il réagi après la rencontre sur les réseaux sociaux.

En attendant de connaître – si c’est possible - les véritables paroles prononcées par le défenseur marseillais et d’éventuelles sanctions, le débat fait rage en France et au Brésil, notamment.

Invité sur le plateau de BFM, le président de la Fédération française de football Noël Le Graët a été interrogé sur cette affaire. Sa réponse a de quoi surprendre: «Sur un match, il peut y avoir des écarts, mais on est à moins de 1% de difficulté, aujourd’hui. Quand un black marque un but, tout le stade est debout. Le racisme dans le sport, et dans le foot en particulier, n’existe pas. Ou peu.»

«Quand un black marque un but, tout le stade est debout»

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football

Relancé sur les propos de Neymar, le patron du football français a carrément indiqué ne pas être au courant: «Je ne sais pas ce qu’il a dit, je n’ai pas écouté.»

Cette sortie a provoqué une vague d’indignation. À commencer par celle de Dominique Sopo, président de SOS Racisme: «On est là face à un dirigeant qui devrait être particulièrement vigilant sur ces questions et qui explique, tranquillement, que ce phénomène n’existe pas. Et si ça n’existe pas, pourquoi lutter contre ce phénomène? Finalement, Noël Le Graët est en position de négation qui n’aide pas à faire preuve d’intransigeance dans le domaine du football sur ce sujet, qu’il s'ingénie depuis des mois et des mois à minimiser.»

En septembre 2019, Le Graët s’était déjà distingué en demandant aux arbitres français de ne plus arrêter les matches en cas de chants ou slogans homophobes en tribunes. «Considérer que le football est homophobe, c’est un peu fort de café», avait-il lâché.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!