Etats-Unis: le ravisseur des chiens de Lady Gaga, libéré par erreur, est en fuite

Publié

États-UnisLe ravisseur des chiens de Lady Gaga, libéré par erreur, est en fuite

Les U.S. Marshals offrent jusqu’à 5000 dollars pour toute info permettant de mettre la main sur James Howard Jackson, qui avait violemment agressé le dog-sitter de la chanteuse en 2021.

La chanteuse avait été catastrophée d’apprendre que deux de ses trois bouledogues avaient été kidnappés. 

La chanteuse avait été catastrophée d’apprendre que deux de ses trois bouledogues avaient été kidnappés. 

AFP

La police américaine recherchait activement mercredi un homme, libéré par erreur, qui est suspecté d’avoir agressé violemment un employé de Lady Gaga pour enlever les chiens de la star. James Howard Jackson, 19 ans, a été libéré le 6 avril à la suite d’une erreur administrative, indiquent les US Marshals, l’agence américaine chargée de poursuivre les fugitifs, dans un communiqué offrant jusqu’à 5000 dollars de récompense pour toute information menant à sa capture.

Un demi-million de récompense

Le fugitif et deux autres individus avaient été inculpés en 2021 de tentative de meurtre et de vol pour avoir tiré sur un employé de Lady Gaga qui promenait ses trois bouledogues français, avant d’en enlever deux, alors que la chanteuse superstar se trouvait en Italie pour le tournage de «House of Gucci». Lady Gaga avait offert un demi-million de dollars de récompense à quiconque lui rendrait les deux chiens, Koji et Gustav. Une femme les avait ramenés, prétendant les avoir trouvés attachés à un poteau, avant d’être arrêtée à son tour: elle était en couple avec le père d’un des suspects, selon le «Los Angeles Times».

L’affaire avait illustré la popularité de ces chiens auprès des stars… et des criminels, pour qui leur petite taille et leur prix élevé en font des cibles privilégiées en vue d’une revente sur le marché noir. Lady Gaga est particulièrement attachée à ses chiens, qui l’accompagnent fréquemment lors d’événements publics et dont elle publie des photos sur les réseaux sociaux.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires