Football: Le Real réaliste, le Barça tient le rythme
Actualisé

FootballLe Real réaliste, le Barça tient le rythme

Sans briller, l'équipe de Zidane continue de faire la course en tête de la Liga, mais Barcelone n'est qu'à quelques points.

Karim Benzema a marqué le premier but du Real.

Karim Benzema a marqué le premier but du Real.

AFP

Le mano a mano se poursuit en tête du Championnat d'Espagne! Le Real Madrid s'est montré réaliste contre Alaves (3-0) dimanche pour garder les commandes devant Barcelone, guidé par Luis Suarez et Neymar à Grenade (4-1) en l'absence de Lionel Messi suspendu.

A l'heure de l'ultime ligne droite, la 29e journée de Liga n'a pas modifié le rapport de force entre le Real de Zinédine Zidane (1er, 68 pts, un match de moins) et son dauphin barcelonais (2e, 66 pts), qui s'affronteront dans un clasico à quitte ou double le 23 avril. Les larges succès obtenus dimanche ne reflètent toutefois pas le scénario de leurs matches, qui se sont avérés très compliqués pour les deux grands d'Espagne.

Le Real, qui présentait une équipe très remaniée au stade Santiago-Bernabeu, l'a emporté dans la douleur en concrétisant ses principales occasions grâce à Karim Benzema (31e), Isco (85e) et Nacho (88e).

«Nous savons que nous pouvons faire mal à l'adversaire à n'importe quel moment. C'est le propre de cette équipe», s'est réjoui Zidane, dont l'équipe a marqué au moins un but lors de ses 50 derniers matches officiels.

Quant au Barça, il était privé de Messi pour cause d'accumulation de cartons jaunes. Et face aux parades du gardien mexicain «Memo» Ochoa«, le club catalan a été sauvé par un grand Suarez, buteur (44e) puis passeur pour Paco Alcacer (64e) alors que Grenade avait égalisé grâce au Français Jérémie Boga (50e).

Varane rechute

Après l'exclusion du défenseur de Grenade Uche Agbo pour deux cartons jaunes (82e) et un but contre son camp de Matthieu Saunier (83e), Neymar a clos le score pour inscrire son 100e but sous le maillot du Barça depuis son transfert controversé en 2013.

«Ses statistiques sont celles d'un monstre», a commenté l'entraîneur barcelonais Luis Enrique. «C'est l'un des joueurs les plus déséquilibrants du monde et son transfert a été une grande réussite.»

Ces succès permettent au deux leaders de prendre le large en tête devant l'Atletico Madrid (3e, 58 pts) et le Séville FC (4e, 58 pts), lequel a encore perdu du terrain en concédant le nul contre Gijon (0-0) dimanche midi. A l'orée d'un mois d'avril crucial, Real et Barça ont néanmoins essuyé des coups durs avec les blessures respectives du défenseur madrilène Raphaël Varane et du milieu barcelonais Rafinha.

A Madrid, Zidane avait choisi de laisser au repos plusieurs cadres comme Marcelo, Casemiro, Keylor Navas ou Sergio Ramos. Et la rencontre a bien mal débuté pour lui au stade Santiago-Bernabeu avec la sortie sur blessure de Varane (10e), victime d'une rechute alors qu'il reprenait tout juste la compétition.

«Rapha s'est fait mal au même endroit, mais ce n'est pas aussi fort. J'espère que ce sera peu de choses. Nous pourrons évaluer cela demain (lundi) avec une IRM», a commenté Zidane.

Calendrier démentiel

De son côté, Rafinha est sorti après un quart d'heure de jeu dimanche à Grenade, souffrant d'une blessure à un ménisque du genou droit. Déjà privé d'Arda Turan (adducteurs), l'entraîneur barcelonais Luis Enrique a évoqué une probable indisponibilité du milieu offensif brésilien pour les «prochaines semaines».

C'est le genre de contretemps qui assombrit un peu le bilan du week-end pour le Real et le Barça, surtout quand on voit le calendrier démentiel qui les attend. L'équipe de Zidane s'apprête à défier l'Atletico Madrid dans le derby madrilène le week-end prochain, puis le Bayern Munich en quart de finale de Ligue des champions, et enfin le FC Barcelone dans le clasico de la Liga.

Quant au Barça, il disputera son quart de C1 contre la Juventus Turin. Auparavant, il aura déjà fort à faire mercredi avec la réception de Séville dans le choc de la 30e journée de Liga. Mais pour que cette affiche tienne ses promesses, il faudra que les Sévillans stoppent leur mauvaise série après cinq matches consécutifs sans succès toutes compétitions confondues, dont leur nul frustrant dimanche contre Gijon. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion