Actualisé 12.02.2013 à 07:42

Ville de NeuchâtelLe réaménagement d'une place divise les esprits

Le projet de réaménagement en ville de Neuchâtel du grand carrefour Numa-Droz en place conviviale ne fait pas l'unanimité.

Le réaménagement du carrefour Numa-Droz ne plaît pas à tout le monde.

Le réaménagement du carrefour Numa-Droz ne plaît pas à tout le monde.

Situé à quelques pas du lac, le carrefour Numa-Droz est un noeud routier traversé quotidiennement par plus de 20'000 véhicules. Il y en avait bien plus au début des années nonante, avant le percement des tunnels sous la ville. Ces derniers absorbent désormais près de 60'000 véhicules chaque jour. Mais le projet de réaménagement est attaqué par référendum par les sections cantonales du TCS et de l'ACS ainsi que par les commerçants indépendants. Il est soumis au vote le 3 mars prochain.

Tous partis confondus, les autorités de la ville veulent faire de Numa-Droz une place conviviale qui deviendra le trait d'union entre la zone piétonne du centre-ville et le lac. Ils espèrent ainsi améliorer la qualité de vie des habitants et augmenter l'attractivité de la ville, «séparée de son lac par une barrière de véhicules».

Le projet prévoit la réduction de la vitesse à 30 km/h, favorisant ainsi la sécurité des piétons. Ces derniers ne seront cependant pas prioritaires. Cette qualité reviendra aux transports publics. Les feux seront remplacés par un giratoire, favorable à la fluidité du trafic.

Enfin, cerise sur le gâteau, la ville n'aura à assumer que moins de la moitié des coûts de transformation évalués à 9,8 millions de francs. La Confédération participe au financement avec plus d'un million et le canton avec 3,2 millions. Les Transports publics neuchâtelois (TranN) et les services industriels Viteos apportent aussi leur écot pour près d'un million au total.

Chaos, insécurité et commerçants à la peine

L'argumentaire des autorités ne convainc pas le comité référendaire, pour qui ce projet va engendrer un véritable chaos et augmentera encore les bouchons. De l'avis des opposants, les piétons auront un faux sentiment de sécurité avec la suppression des feux. Le giratoire ne favorisera pas plus la sécurité que le trafic des transports publics.

Si contre toute attente, elle réussit, même partiellement, à réduire le trafic, la transformation de la place portera atteinte au tissu économique du centre-ville, craignent les opposants. La fréquentation des commerces et les visites aux cabinets de médecins et d'avocats seront freinées par la suppression d'une cinquantaine de places de parc de courte durée, ajoutent-ils. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!