Haïti - Le référendum constitutionnel annoncé pour le 26 septembre
Publié

HaïtiLe référendum constitutionnel annoncé pour le 26 septembre

Le scrutin qui appelle les Haïtiens à se prononcer sur une réforme renforçant le pouvoir de l’exécutif a déjà été reporté deux fois.

Manifestation contre le projet de réforme constitutionnelle en mars 2021 à Port-au-Prince.

Manifestation contre le projet de réforme constitutionnelle en mars 2021 à Port-au-Prince.

AFP

Le référendum constitutionnel initialement prévu en avril à Haïti, reporté une première fois au 27 juin puis à nouveau en raison de l’épidémie de coronavirus, se tiendra le 26 septembre, a annoncé lundi soir l’administration électorale haïtienne, au moment où les violences des gangs paralysent le pays.

Les élections locales et municipales sont, elles, reportées à janvier 2022, ont ajouté les autorités. Le premier tour des élections présidentielle et législatives devait déjà avoir lieu le 26 septembre, et le second se tenir le 21 novembre.

«Le conseil électoral provisoire réaffirme sa détermination à accomplir sa mission en toute indépendance, de manière crédible, honnête et transparente», précise le communiqué de l’administration.

Porté par le président Jovenel Moïse, le texte de cette réforme constitutionnelle visant à renforcer l’exécutif est encore en cours de rédaction. Deux avant-projets déjà présentés proposaient de supprimer le Sénat et d’ouvrir la possibilité d’effectuer deux mandats présidentiels constitutifs. Il est rejeté en bloc par l’opposition et de nombreuses organisations de la société civile, qui dénoncent l’illégitimité du mandat du chef de l’État et l’impossibilité d’organiser un scrutin, compte tenu de l’insécurité généralisée.

Critiques

Depuis début juin, des affrontements entre bandes rivales dans l’ouest de Port-au-Prince paralysent toute circulation entre la moitié sud du pays et la capitale haïtienne. Des milliers d’habitants du quartier très pauvre de Martissant, disputé par les gangs, ont été contraints de fuir leur logement.

Lundi matin, Médecins sans frontières a annoncé suspendre pour une semaine les activités de son hôpital, situé au cœur de cette zone de conflits, après que l’établissement a été criblé de balles samedi après-midi.

Le projet de référendum soulève des critiques jusque dans le camp présidentiel car la procédure est accusée de ne pas respecter les dispositions de l’actuelle Constitution. Rédigé en 1987, après la chute de la dictature des Duvalier, le texte actuellement en vigueur déclare que «toute consultation populaire tenant à modifier la Constitution par voie de référendum est formellement interdite».

Depuis janvier 2020, le président gouverne par décrets et sans contre-pouvoir, faute d’élections organisées ces dernières années en Haïti.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires