Le référendum contre la 5e révision de l'AI bien parti
Actualisé

Le référendum contre la 5e révision de l'AI bien parti

La population suisse se prononcera vraisemblablement sur la 5e révision de l'assurance invalidité (AI).

Les référendaires ont déjà récolté quelque 59 000 signatures alors que 50 000 sont nécessaires.

Les signatures seront déposées le 25 janvier à Berne, indique lundi la coordination nationale pour le référendum dans un communiqué. Pour cette dernière, les 59 000 paraphes déjà récoltés au 14 janvier sont «un signal important contre le démantèlement social et pour la pour la défense des personnes handicapées».

Avec un tel nombre de signatures, la coordination nationale se dit enfin sûre de l'aboutissement du référendum. Elle concentre actuellement ses efforts sur le renvoi des paraphes et leur validation par les communes.

Et le succès de ce référendum ne s'arrête pas là. De nombreuses signatures parviennent encore aux différents secrétariats de la coordination. Les chiffres précis ainsi que la répartition géographique ne seront cependant pas connus avant le 25 janvier.

Forte mobilisation syndicale

Les référendaires expliquent leur succès par la convergence de différents acteurs. En effet, forces syndicales, politiciens de gauche et organisations de défense des handicapés se sont réunies dans ce combat. Ils considèrent que les coupes prévues par cette révision détérioreront la situation des personnes handicapées.

Le référendum a été lancé par le Centre pour la vie autonome, basé à Zurich et l'association romande Cap-Contact malgré la défection des principales organisations de handicapés.

Nombreux sont toutefois les associations et partis qui le soutiennent. Parmi ceux-ci figurent le PS, les femmes socialistes, les jeunes socialistes, les Verts, l'association de retraités AVIVO, l'association suisse des paralysés, l'association d'aide aux handicapés AGILE, les syndicats comedia et ssp ou encore les sections fribourgeoises et bernoises de l'USS.

La 5e révision de l'AI privilégie le maintien dans la vie active afin de freiner le nombre des nouveaux rentiers. Il sera désormais plus difficile pour les personnes atteintes dans leur santé d'obtenir une rente de l'assurance invalidité. Cette réforme vise une baisse de 30% des nouveaux rentiers AI par rapport à 2003.

(ats)

Ton opinion