Syrie: Le régime bombarde Damas
Actualisé

SyrieLe régime bombarde Damas

Alors que les combats se poursuivent à Damas, les forces du gouvernement bombardaient mercredi les quartiers de Qaboune et de Barzé. Plus de 60 soldats ont été tués en 48 heures.

Les forces du régime pilonnaient mercredi matin les quartiers de Qaboune et de Barzé à Damas, alors que les combats entre rebelles et armée se poursuivaient dans d'autres secteurs de la capitale, ont indiqué les militants. Plus de 60 soldats de l'armée ont été tués ces dernières 48 heures dans ces combats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

«Qaboune est encerclé par les chars, et les forces du régime pilonnent ce quartier de tous les côtés», rapporte l'Union des coordinateurs de la Révolution syrienne (UCRS) sur sa page Facebook.

Les forces du régime bombardaient à l'aide d'hélicoptères, tandis que des tirs nourris étaient entendus aux barrages, ont indiqué pour leur part les comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, et l'OSDH.

Des combats entre l'armée régulière et l'armée syrienne libre (ASL), composée notamment de déserteurs, se déroulaient parallèlement dans les quartiers de Midane et de Kafar Soussé, dans le sud et l'ouest de Damas, a ajouté l'OSDH. Selon cette ONG, «entre 40 et 50 soldats des forces régulières syriennes ont été tués avant-hier (lundi) dans des combats à Damas et au moins 20 ont péri hier (mardi)».

Bataille «bientôt terminée»

La bataille de Damas «sera bientôt terminée» et la capitale sera «le cimetière des agresseurs», titrait le quotidien «al-Watan», proche du régime.

Dans la province de Damas, à Jdaidet Artouz, où l'électricité a été coupée, des explosions ont été entendues, accompagnées de tirs nourris. La ville de Zabadani était également pilonnée, selon les LCC.

Dans la région de Homs (centre), les forces du régime ont bombardé à l'artillerie lourde Tal Kalakh, et de même que des quartiers de la ville même de Homs, notamment Khaldiyé, Qarabis et Jouret al-Chiyah où des combats se déroulaient aux entrées, a indiqué l'OSDH. A Alep (nord), deuxième ville de Syrie, des affrontements ont éclaté à l'aube dans le quartier de Salaheddine.

Les rebelles ont annoncé lundi soir avoir lancé la «bataille pour la libération» de Damas, où de violents combats ont eu lieu mardi avec l'entrée en action pour la première fois des hélicoptères de l'armée régulière. Les violences à travers la Syrie ont fait mardi 93 morts, dont 48 civils, selon l'OSDH.

Ban Ki-moon demande l'appui de la Chine

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé mercredi au président chinois, Hu Jintao, l'appui de Pékin avant un vote du Conseil de sécurité sur un projet de résolution déposé par les Américains et les Européens contre le régime syrien.

«J'espère sincèrement que les membres du Conseil de sécurité seront unis et vont agir», a déclaré M. Ban après une rencontre à Pékin avec le numéro un chinois.

«J'ai expliqué la gravité de la situation actuelle et tous les dirigeants chinois partagent mon point de vue, à savoir que la situation est très grave», a assuré le secrétaire général de l'ONU à propos de la situation en Syrie.

Veto russe

Le projet présenté par les Européens (France, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal) et les Etats-Unis menace Damas de sanctions économiques s'il ne renonce pas à utiliser ses armes lourdes contre l'opposition, tout en prolongeant pour 45 jours la mission des observateurs de l'ONU en Syrie (Misnus). Il devait être mis au vote mercredi après-midi.

La Russie a dit clairement qu'elle opposerait son veto à ce texte et la Chine pourrait faire de même. Selon des diplomates, les présidents russe, Vladimir Poutine, et chinois, Hu Jintao, sont convenus au cours du week-end de s'opposer à cette nouvelle résolution.

(ats)

Ton opinion