Actualisé 29.09.2016 à 07:40

Genève

Le renvoi des étrangers coûtera cher à la justice

Samedi, la loi sur l'expulsion des criminels étrangers entre en vigueur. Le pouvoir judiciaire genevois prévoit une explosion du nombre de procédures.

de
jef

Entre 300 et 400 audiences supplémentaires par an devant le Tribunal de police: l'entrée en vigueur samedi de la loi sur l'expulsion des criminels étrangers (initiative de l'UDC votée par le peuple en 2010) surchargera la justice genevoise, expose la «Tribune de Genève». Des cas jusqu'alors traités par ordonnance pénale devront faire l'objet d'un procès. Pour faire face à cette situation, l'octroi de deux nouveaux juges a été sollicité.

Le renfort de collaborateurs scientifiques est également attendu pour traiter les oppositions que formuleront les expulsés. Par ailleurs, les frais d'assistance judiciaire vont exploser: un étranger sous le coup d'un renvoi devra être défendu d'office. La facture devrait atteindre 2 millions par an.

La prison de Champ-Dollon, déjà engorgée, devrait aussi être impactée par l'entrée en vigueur de la loi: lorsqu'un procureur requerra l'expulsion d'un prévenu, il sera systématiquement placé en détention préventive.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!