Actualisé 05.01.2016 à 09:53

SuisseLe renvoi des secondos déchire l'UDC

Des voix s'élèvent au sein du parti pour demander une application mesurée de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers.

von
Pascal Schmuck
Zurich
Le conseiller national Hans-Ueli Vogt (UDC/ZH, au premier plan) a été désavoué par Christoph Blocher.

Le conseiller national Hans-Ueli Vogt (UDC/ZH, au premier plan) a été désavoué par Christoph Blocher.

photo: Kein Anbieter

L'UDC affiche ces derniers jours une cacophonie rare au sein d'un parti pourtant réputé pour sa discipline et sa rigueur. Mais les propos de son conseiller national zurichois Hans-Ueli Vogt pour exempter les secondos de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers ont mis le feu aux poudres.

A tel point que même Christoph Blocher est monté au front, désavouant son élu. «Hans-Ueli Vogt n'exprime que son avis personnel qui contredit aussi bien l'initiative que le droit», a asséné le vice-président du parti dans une interview au Tages-Anzeiger.

Hans-Ueli Vogt n'est pas isolé

Des propos à peu près comparables à ceux déjà délivrés dimanche par le secrétaire général du parti, Martin Baltisser. Christoph Blocher ne se dit toutefois pas dérangé par les divergences au sein de son parti, où les membres sont «libres d'exprimer leur opinion».

Une prudence bienvenue car Hans-Ueli Vogt est loin d'être isolé au sein du parti, où il a reçu des soutiens de poids. «Sa proposition serait une base pertinente pour une application différenciée», a estimé le conseiller aux Etats schwyzois Alex Kuprecht.

Son collègue thurgovien aux Etats Roland Eberle approuve, jugeant l'idée «intelligente». Selon lui, les juges doivent utiliser leur marge de manoeuvre au nom du principe de la proportionnalité.

Hannes Germann veut de la mesure

Le conseiller aux Etats schaffhousois Hannes Germann, pourtant membre du comité d'initiative, soutient ses confrères. «Nous arriverons à préserver un certain sens de la mesure dans la mise en oeuvre», a-t-il déclaré à Radio 24, ajoutant qu'il existe une catégorie d'étrangers qui doit être spécialement surveillée.

La cacophonie au sein de l'UDC fait la joie des opposants à l'initiative, à moins de huit semaines de la votation. Ce dont comptent bien mettre à profit les adversaires bourgeois du texte, comme Hans-Jürg Käser (PLR/BE). Le président de la conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CDDJP) prévoit une campagne d'information qui informera les citoyens des conséquences de l'initiative.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!