Valais : Le réseau d'évacuation des eaux est trop vieux
Actualisé

Valais Le réseau d'évacuation des eaux est trop vieux

En Valais, une grande partie des canalisations d'évacuation des eaux usées est vétuste et insuffisamment étanche.

En Valais, une grande partie des canalisations d'évacuation des eaux usées est vétuste et insuffisamment étanche. Trop d'eaux claires se retrouvent ainsi à l'égout et perturbent le traitement des eaux usées. Le canton a exhorté mercredi les communes à rénover sans délai leur réseau.

Les stations d'épuration des eaux (STEP) valaisannes reçoivent environ et en moyenne 500 litres d'eaux usées par jour par habitant. Soit deux fois plus que l'objectif fixé par la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL).

Sur le plan suisse, le Valais figure ainsi parmi les plus mauvais élèves, avec le Jura. Cette situation s'explique par l'importante quantité d'eaux claires qui viennent chaque jour grossir les eaux usées dans les canalisations d'égout.

Surcoûts pour les STEP

Ces eaux provenant des pluies, de la fonte des neiges, des sources et des drainages, n'ont rien à faire dans le réseau d'évacuation des eaux usées. Elles y pénètrent en raison du manque d'étanchéité des canalisations vieillissantes.

Ces eaux froides et non polluées perturbent le bon fonctionnement des STEP et entraînent d'inutiles surcoûts d'exploitation. Dans un communiqué diffusé mercredi, le canton en appelle aux communes, seules responsables de l'entretien de leur réseau d'évacuation des eaux.

200 francs par habitant

Si les communes ont été subventionnées à environ 70 ou 85% par le canton et la Confédération pour construire leur réseau, elles doivent puiser dans leur propre caisse pour en assurer l'entretien. Celui-ci consiste à inspecter chaque année 10% environ des canalisations et à procéder aux rénovations nécessaires. «Mais peu de communes le font», constate Pierre Mange, ingénieur chimiste au Service valaisan de la protection de l'environnement.

Le coût d'entretien des canalisations et des STEP est estimé par l'Association suisse des professionnels de la protection des eaux (VSA) à 200 francs annuels par habitant raccordé au réseau. «En Valais, certaines taxes communales sur les eaux usées se montent en moyenne à 50 francs par habitant. C'est nettement insuffisant», relève Pierre Mange.

Les particuliers aussi

Garantir l'étanchéité des canalisations est urgent également pour éviter que des eaux usées ne s'infiltrent dans le terrain. Bien que biodégradables, elles peuvent en effet contaminer la nappe phréatique et par conséquent mettre en danger les ressources d'eau potable par exemple.

L'Etat du Valais en appelle aux communes mais aussi aux particuliers. Ces derniers peuvent contribuer à réduire la quantité d'eaux claires rejetées à l'égout, par exemple en évitant de protéger contre le gel le réseau d'eau des mayens en laissant couler en permanence un filet d'eau. De quoi réaliser du même coup une sacrée économie d'eau. (ats)

Ton opinion