Suisse: Le réseau des radios de secours mal en point
Publié

SuisseLe réseau des radios de secours mal en point

La gestion du projet Polycom par le Département de la protection de la population (DDPS) laisse à désirer.

Le réseau radio national Polycom des services d'urgence est utilisé par la police, les pompiers ou la protection civile.

Le réseau radio national Polycom des services d'urgence est utilisé par la police, les pompiers ou la protection civile.

photo: Keystone

Dans son rapport annuel publié vendredi, la Délégation des finances du Parlement exige un état des lieux et des améliorations.

Polycom est le réseau radio national utilisé par des services d'urgence comme la police, les pompiers ou la protection civile. Début 2016, la délégation de contrôle parlementaire a appris que l'Office fédéral de la protection de la population avait adjugé sans appel d'offres un marché de 325 millions de francs pour maintenir sa valeur.

Les explications obtenues sur le motif de l'adjudication de gré à gré sont «compréhensibles à première vue», mais le DDPS doit analyser rapidement et de manière approfondie comment on a pu en arriver là. Selon la délégation, il apparaît très clairement que des améliorations sont possibles au niveau de la gestion du projet.

Le projet impliquant un nombre élevé de parties dont les cantons, les compétences et les responsabilités doivent être clairement définies. La délégation avait déjà constaté par le passé que le maintien de la valeur du système avait été quelque peu négligé.

Suivi temporairement de près

Suite à un rapport critique du Contrôle des finances, la délégation avait suivi le projet de plus près entre 2002 et 2010. Le projet semblant sur de bons rails et le système ayant fait ses preuves durant l'Euro 2008, elle avait renoncé au rapport annuel obtenu à partir de 2003.

Le contrat de 325 millions de francs conclu en janvier avec la société Atos porte sur des programmes informatiques et des antennes. Il doit permettre le fonctionnement du réseau jusqu'en 2030. Selon l'office fédéral concerné, Atos est la seule entreprise à proposer la technologie adéquate et à disposer d'une licence idoine.

Communications cryptées

Le réseau radio national Polycom, qui permet aussi bien les communications cryptées que la transmission de données entre gardes-frontières, polices cantonales, sapeurs-pompiers ou protection civile, a été introduit par étapes. Le dernier canton a été connecté en novembre 2015.

Le fait que le réseau doive être complété avait déjà été annoncé. Mais en été 2015, l'investissement envisagé se montait encore à 100 millions de francs. Depuis, il a été ajusté aux développements des besoins au niveau national. Les antennes, par exemple, n'avaient pas été incluses. Le mois dernier, le Conseil fédéral a demandé une rallonge au budget 2016 de 13,8 millions. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion