Sion (VS): Le retour de carnaval avait viré au drame accidentel
Actualisé

Sion (VS)Le retour de carnaval avait viré au drame accidentel

Un jeune, debout sur un char, avait heurté un pont. Le conducteur est poursuivi pour homicide par négligence.

par
Christian Humbert
A la place des confettis et des rires, les festivités de 2012 ont été marquées par du sang et des larmes.

A la place des confettis et des rires, les festivités de 2012 ont été marquées par du sang et des larmes.

photo: Keystone/Dominic Favre

La virée d'une dizaine de jeunes au carnaval de Sion s'est très mal terminée ce 18 février 2012. A part Paul*, au volant d'un train routier avec une remorque décorée fixée à un camion, tout le monde était éméché. Tandis qu'il se trouvait dans sa cabine, sans vue de ce qui se passait à l'arrière, au moins trois passagers de la remorque aménagée étaient montés sur le toit de l'engin. Alain*, 1 m 80, se tenait debout. Sa tête avait heurté un pont érigé à 4 m 70 du sol. Gravement blessé, il était décédé le lendemain à l'hôpital.

A cause des incessantes requêtes de la défense, il a fallu quatre ans pour juger cette affaire. La famille de la victime a déploré ce délai, vécu comme «une grande souffrance». Mardi, au Tribunal de Sion, Paul était accusé d'homicide par négligence. Il regrette mais se défend: «Je leur ai interdit de se rendre sur la remorque. Ils ont rigolé. Je me suis dit que c'était leur problème s'ils étaient assez cons pour monter. Je ne les voyais pas. Je ne voulais pas les laisser ivres sur la route.»

Le procureur Olivier Elsig a requis 13 mois de prison avec sursis, ainsi que 2000 fr. d'amende. Il espère un long retrait du permis professionnel du prévenu. La partie civile réclame 120'000 francs. Avocat de l'accusé, Me Yves Cottagnoud a déploré les failles de l'enquête. Pour lui, il n'y a pas de lien entre le comportement de son client et la mort du jeune mécanicien. Le jugement sera transmis aux parties.

*Prénoms d'emprunt

Ton opinion