Hong Kong: Le retour de la grippe aviaire
Actualisé

Hong KongLe retour de la grippe aviaire

Les autorités sanitaires de Hong Kong ont confirmé jeudi le premier cas de grippe aviaire chez une personne depuis sept ans sur le territoire.

Les oiseaux sont à la source de la transmission de la maladie.

Les oiseaux sont à la source de la transmission de la maladie.

Sept ans après, la grippe aviaire est de retour à Hong Kong. La malade est une femme de 59 ans, de retour d'une visite en Chine continentale.

Le gouvernement de Hong Kong a relevé à «sérieux» le niveau d'alerte sur la grippe aviaire, ce qui signifie qu'il y a «un risque élevé» de contracter la maladie dans la région, a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de la Santé du territoire.

La malade est dans un état grave. D'abord diagnostiquée comme atteinte de la pneumonie, elle a ensuite été testée positive lors du test du virus H5, une variante de la grippe aviaire.

Les responsables sanitaires tentent de savoir si la malade a contracté le virus à Hong Kong, ou ailleurs, et elles ont placé sous surveillance les personnes qui ont été en contact avec elle.

Le dernier cas humain de grippe aviaire à Hong Kong remonte à 2003. Hong Kong avait été le premier pays à connaître une épidémie de grippe aviaire d'importance en 1997, avec la mort de six personnes, décédées d'une mutation à l'époque inconnue du virus de la grippe aviaire. Des millions de volailles avaient été abattues.

Les contaminations par le virus H5 se sont jusqu'ici déroulées de l'animal vers l'homme mais les scientifiques craignent qu'une mutation permette des contaminations d'homme à homme, déclenchant une pandémie meurtrière.

Les oiseaux à la source de la transmission

Le responsable de la santé à Hong Kong, York Chow, a indiqué qu'il n'y avait pas pour le moment d'indice prouvant une transmission d'homme à homme dans ce cas présent.

«Je crois que nous devons d'abord nous concentrer sur les oiseaux comme source probable de cette infection», a-t-il déclaré. «Elle a probablement contracté le virus en Chine continentale (...) mais nous ne pouvons pas encore tout à fait exclure Hong Kong», a-t-il ajouté.

La malade s'est rendue en Chine continentale du 23 octobre au 1er novembre avec son mari et sa fille, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Santé. Lors de son séjour, elle n'a pas visité d'exploitations agricoles ou été en contact avec de la volaille. La femme est à l'hôpital depuis le 14 novembre. (ats/afp)

Ton opinion