Le retour de Smaïn après quatre années d'absence
Actualisé

Le retour de Smaïn après quatre années d'absence

Visiblement fatigué par le voyage et le film dont il tient le premier rôle, c'est un Smaïn moustachu qui a ouvert sa porte et son coeur.

Le spectacle présenté dans le cadre du Caprices Festival vient à peine de toucher à sa fin. Le public est encore dans la salle, mais Smaïn est déjà dans sa loge, assis dans un fauteuil, le visage couvert d'un linge. Cependant, lorsqu'il le retire, c'est avec le sourire qu'il répond aux questions.

«Je rentre à peine de Toulon, où je tourne actuellement un film. Le sujet traite des harkis, et je suis sûr que ce film- là fera un carton.» Il fait ainsi référence au «Schpountz», un film dont il se plaît à commenter le «bide» dans son spectacle. «Ce film-ci, jure-t-il, est un chef-d'oeuvre.» Dirigé par Alain Tasma, ce long métrage parle d'un thème cher au réalisateur: l'Algérie.Après «Nuit noire», traitant de la guerre et achevé en 2005, c'est dans la peau d'un harki fraîchement débarqué d'Alger qu'il a imaginé Smaïn(d'où la moustache).

«Pour moi, c'était comme un cadeau tombé du ciel; Darry Cowl a dû attendre ses 75 ans pour jouer dans un film qui mette en valeur son potentiel, moi je remercie tous les jours Alain de m'avoir fait confiance», confie le comique et acteur. Malgré quatre années d'absence de la scène médiatique,

Smaïn n'est pas resté inactif. «J'ai mis en scène le spectacle de Sandrine Alexis (n.d.l.r.: voix féminine des «Guignols de l'info») dans mon théâtre Caumartin de Paris. Même si je prends de l'âge, je reste un enfant... hyperactif!»

Ton opinion