Tennis: Le rêve australien d'une finale suisse
Actualisé

TennisLe rêve australien d'une finale suisse

Même si Novak Djokovic a remporté 32 des 33 derniers matches qu'il a livrés à Melbourne, un rêve est permis.

Les deux Suisses pourraient se retrouver en finale du premier tournoi majeur de l'année 2016.

Les deux Suisses pourraient se retrouver en finale du premier tournoi majeur de l'année 2016.

photo: Keystone

Un songe un peu fou verrait Roger Federer et Stan Wawrinka offrir au tennis suisse une finale historique lors de l'Open d'Australie 2016 qui débutera ce lundi.

Têtes de série no 3 et no 4, Roger Federer et Stan Wawrinka ne pourront, ainsi, pas s'affronter avant la finale du dimanche 31 janvier. Et c'est bien à Melbourne que les conditions de jeu favorisent le plus un tel derby. En Australie, le rebond et la vitesse de la surface conviennent parfaitement aux deux hommes. On rappellera que Roger Federer a enlevé à quatre reprises le titre à Melbourne Park (2004, 2006, 2007 et 2010) et qu'il a joué... onze demi-finales de rang avant que cette série ne s'achève l'an dernier avec une improbable défaite au troisième tour contre Andreas Seppi.

L'unique rival

Titré en 2014, Stan Wawrinka parvient, pour sa part, depuis trois ans à s'exprimer pleinement à Melbourne. Il maîtrise à merveille toutes les particularités de ce tournoi qui peut vous entraîner parfois au bout de la nuit ou qui peut aussi vous contraindre à batailler sous la canicule. Le champion de Roland-Garros est, enfin, le seul vraiment en mesure de contester la supériorité de Novak Djokovic. Le seul à l'avoir poussé à la limite des cinq sets sur le Rod Laver Arena ces trois dernières années pour cette victoire extraordinaire en quart de finale en 2014. Avec sa puissance en fond de court, il est capable de faire reculer Novak Djokovic. De l'empêcher de jouer sur sa ligne.

Pour que ce rêve un peu fou puisse se réaliser, il faut espérer que le tirage au sort de vendredi (00h30 heure suisse) place Stan Wawrinka dans la même partie de tableau que Novak Djokovic. A la recherche d'une victoire face au Serbe depuis la demi-finale de Wimbledon 2012, Roger Federer ne peut plus nier une vérité: il nourrit aujourd'hui un véritable complexe devant le no 1 mondial. En raison de la qualité de son jeu de défense, Djokovic oblige Federer à jouer encore plus près des lignes. A ne se donner pratiquement aucune marge. Dans une rencontre au meilleur des cinq sets, Roger Federer se retrouve très vite confronté à une sorte de mission impossible. Les deux finales de l'an dernier de Wimbledon et de l'US Open ont rappelé cette évidence.

Le Serbe et les deux Suisses possèdent une longue d'avance sur les autres prétendants à la victoire. Malgré toute la confiance qu'il a pu acquérir avec la conquête de la Coupe Davis, Andy Murray, finaliste à quatre reprises de cet Open d'Australie, court depuis plus de deux ans derrière cette maîtrise qui lui avait permis de s'imposer à Flushing Meadows en 2012 et à Wimbledon en 2013. Champion d'Australie en 2009 après une finale remportée en cinq sets devant Roger Federer, Rafael Nadal sort d'une saison 2015 passée, selon ses propres dires, à combattre une «blessure mentale». La correction subie samedi dernier en finale du tournoi de Doha face à Novak Djokovic l'a peut-être réveillée. Au Qatar, le gaucher de Manacor a compris qu'un véritable gouffre le séparait désormais du Serbe.

Une seule question

Si celle du simple messieurs s'apparente à un match à trois, la donne du simple dames se limite à une seule question: quel est l'état physique de Serena Williams ? L'Américaine débarque à Melbourne sans avoir livré un seul match officiel depuis sa défaite en demi-finale de l'US Open face à Roberta Vinci alors qu'elle n'était plus qu'à deux victoires du Grand Chelem. Victorieuse à six reprises à Melbourne, elle peut, en s'imposant à nouveau, égaler le record des titres majeurs de Steffi Graf. Sa «chance» cette année réside dans la condition de ses principales adversaires. De Simona Halep à Maria Sharapova en passant par Petra Kvitova et Garbine Muguruza, ses rivales ne sont également pas en pleine possession de leurs moyens.

Avec des ténors aussi «fragiles», il y a un coup à jouer pour Belinda Bencic. Avec l'audace de ses 18 ans, la Saint-Galloise peut réussir un superbe coup à Melbourne. L'été dernier à Toronto, elle avait démontré qu'elle était bien capable des plus grands exploits en enlevant l'Open du Canada à la faveur de six victoires contre des joueuses qui avaient toutes disputé la finale d'un tournoi du Grand Chelem. Timea Bacsinszky est, elle aussi, une joueuse en mesure de réussir de grandes performances. Seulement, la Lausannoise n'aborde pas le rendez-vous de Melbourne dans les meilleures conditions. Blessée au genou en octobre dernier au Luxembourg, elle n'a pas pu conduire la préparation qu'elle espérait. L'Australie arrive trop tôt pour la demi-finaliste de Roland-Garros. (nxp/sda)

(NewsXpress)

Ton opinion