Actualisé 20.06.2017 à 08:04

Météo

Le risque d'incendie de forêt s'est accru en Suisse

Une sécheresse intense frappe plusieurs régions. L'actuelle vague de chaleur n'arrange rien. Plusieurs services du feu sont déjà en état d'alerte.

de
Pascal Schmuck, Zurich
1 / 13
L'armée suisse a terminé sa mission d'appui dans les Grisons et au Tessin depuis lundi soir. (vendredi 13 janvier 2017)

L'armée suisse a terminé sa mission d'appui dans les Grisons et au Tessin depuis lundi soir. (vendredi 13 janvier 2017)

Keystone
Le Parrainage suisse des communes de montagne verse 200'000 francs aux communes grisonnes et tessinoises touchées par les feux. (Jeudi 5 janvier 2017)

Le Parrainage suisse des communes de montagne verse 200'000 francs aux communes grisonnes et tessinoises touchées par les feux. (Jeudi 5 janvier 2017)

Keystone
Trois hélicoptères Super Puma sont en action samedi. (Samedi 31 décembre 2016)

Trois hélicoptères Super Puma sont en action samedi. (Samedi 31 décembre 2016)

Keystone

Le risque d'incendie de forêt a nettement augmenté en Suisse, comme le montre la banque de données Swissfire de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

En 2016, ce sont plus de 463 hectares boisés qui sont partis en fumée, soit plus de 300 terrains de football. Un record depuis l'année 2003, qui a été marqué par une sécheresse intense, rappelle l'Aargauer Zeitung.

Déjà 76 hectares

Et les chiffres sont implacables: si les flammes provoquent le plus de dégâts au sud des Alpes, les incendies sont toujours plus nombreux au nord. En 2016, ce sont 25 départs de feu qui ont été enregistrés au Tessin et dans le sud des Grisons contre 38 dans les Alpes centrales et plus au nord.

L'année 2017 provoque d'ores et déjà de vives inquiétudes. La Confédération a déjà relevé 16 incendies qui ont détruit 76 hectares lors des quatre premiers mois. De nouveaux sinistres sont à craindre en raison des chaleurs qui vont s'abattre sur la Suisse, se traduisant par un état de sécheresse intense.

Déjà un risque élevé

Le printemps de l'année en cours est déjà le troisième plus chaud relevé depuis le début des mesures. En raison de la chaleur, la pluie qui tombe sur le sol s'évapore plus vite et les terrains sont plus secs que d'habitude. Il faudrait des précipitations régulières et non pas ponctuelles pour réduire ce risque.

«Rien de tel en vue d'ici la fin de la semaine», prévient Thomas Schlegel de MeteoSuisse. «S'il devait pleuvoir, ce sera sous la forme d'orages et d'averses ponctuelles.»

Des systèmes d'alerte

«Si ça continue, je crains le pire cet été pour les forêts», a ajouté Marco Conedera, ingénieur forestier au WSL. Avec d'autres chercheurs, il a mis au point un système d'alertes à base de senseurs qui mesurent l'humidité du sol à différentes profondeurs. Si les terrains sont trop sec, l'alarme est donnée.

Les autorités italiennes ont adopté le système sous l'appellation «Fireless II» et ont construit quatre stations de mesures en Lombardie. Ces senseurs sont déjà en place au Tessin et des essais sont désormais menés au nord des Alpes.

L'homme, ce danger

Même si la foudre peut causer un incendie majeur comme au Portugal, l'homme reste le principal déclencheur des sinistres. Il suffit d'un grill mal éteint ou d'un mégot de cigarette encore fumant.

«Je serai heureux si les promeneurs en forêt faisaient particulièrement attention au risque d'incendie», a souligné Peter Wullschleger, le commandant des pompiers à Zurich et président de la Fédération suisse des Sapeurs-pompiers.

Les différents services en Suisse sont déjà en état d'alerte. Le Tessin a relevé lundi son risque d'incendie au niveau quatre sur cinq pour la plupart de ses terrains. Certaines régions du Valais et des Grisons sont tout aussi exposées.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!