Tour Grenfell à Londres: Le risque d'incendie était connu du constructeur
Actualisé

Tour Grenfell à LondresLe risque d'incendie était connu du constructeur

Des courriels indiquent que des plaques d'isolation inflammables ont été utilisées sciemment pour la rénovation de la tour Grenfell, où ont péri près de 80 personnes.

1 / 48
Le juge retraité Martin Moore-Bick, qui dirige l'enquête publique, a ouvert la séance lundi en faisant observer 72 secondes de silence, en référence à chacune des victimes.

Le juge retraité Martin Moore-Bick, qui dirige l'enquête publique, a ouvert la séance lundi en faisant observer 72 secondes de silence, en référence à chacune des victimes.

AFP/ben Stansall
Les migrants clandestins figurant parmi les 250 survivants se verront offrir une autorisation de résidence permanente par le gouvernement britannique. (Mercredi 11 octobre 2017)

Les migrants clandestins figurant parmi les 250 survivants se verront offrir une autorisation de résidence permanente par le gouvernement britannique. (Mercredi 11 octobre 2017)

AFP
Une audience s'est ouverte avec une minute de silence en mémoire des victimes et un hommage a également été rendu aux survivants à Londres (Jeudi 14 septembre 2017).

Une audience s'est ouverte avec une minute de silence en mémoire des victimes et un hommage a également été rendu aux survivants à Londres (Jeudi 14 septembre 2017).

Keystone

La société Arconic a fourni un modèle de plaque d'isolation à un distributeur pour la tour Grenfell, à Londres, ravagée par un incendie la semaine dernière. Elle avait pourtant prévenu que ces panneaux présentaient un risque en cas d'incendie pour des hauts immeubles.

C'est ce qui ressort de six courriels datant de 2014, que Reuters a pu consulter. Ces messages ont été échangés entre Deborah French, directrice des ventes d'Arconic pour la Grande-Bretagne, et des cadres des sous-traitants engagés dans l'appel d'offres pour le contrat de rénovation de la tour Grenfell de Londres.

L'incendie de cette tour de logements sociaux dans le quartier de Kensington, à Londres, a fait au moins 79 victimes. Le bilan pourrait encore s'alourdir. Interrogé sur ces courriels, Arconic a déclaré dans un communiqué avoir su que les plaques seraient utilisées pour la tour Grenfell. Mais la société affirme que son rôle n'est pas de décider si elles sont ou non conformes aux réglementations locales de construction.

Trois types de panneaux

Née de la scission en novembre du géant américain de l'aluminium Alcoa, Arconic fabrique essentiellement trois types de panneaux Reynobond: l'un avec une «âme» (couche centrale) en polyéthylène, l'un avec une âme à retardateur de flammes et un autre avec une couche centrale incombustible, selon son site internet. La brochure 2016 d'Arconic consacrée aux panneaux Reynobond décrit en quoi les panneaux avec couche en polyéthylène conviennent pour un site d'une hauteur allant jusqu'à 10 mètres. Les panneaux avec une couche centrale résistante à l'incendie peuvent être utilisés jusqu'à 30 mètres. Au-delà de cette hauteur, les panneaux avec âme A2, incombustible, devraient être utilisés, toujours selon la brochure.

Le plus inflammable

Au bout du compte, a dit Arconic, l'entreprise a livré des panneaux du premier type, avec le polyéthylène. Or, la tour Grenfell fait plus de 60 mètres de haut. De mai à juillet 2014, Deborah French, qui est basée à l'usine Arconic de Merxheim (Haut-Rhin) en France, a répondu aux demandes d'entreprises engagées dans la rénovation de la tour Grenfell. Elles les a renseignées quant à la disponibilité d'échantillons de cinq types différents de panneaux Reynobond aluminium. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion