La fin d'une tradition?: Le riz ne fait plus recette aux mariages

Actualisé

La fin d'une tradition?Le riz ne fait plus recette aux mariages

De plus en plus de paroisses demandent aux personnes invitées aux noces de ne plus lancer de riz pour célébrer les mariés. Une tendance qui toucherait autant les protestants que les catholiques.

par
tpi

«J'étais étonné parce que lancer du riz est une tradition», s'exclame Sébastien*, qui a assisté le week-end dernier à l'union de deux amis dans une église catholique de la région genevoise. «La paroisse a demandé aux mariés qu'il n'y ait pas de lancer de riz parce que les grains bloquent les rouages de la porte. Alors nous avons lancé des pétales de fleurs», poursuit-il.

«C'est une tendance qui s'institutionnalise», confirme Philippe Reymond, modérateur de la compagnie des pasteurs et des diacres pour l'Église protestante de Genève. Chaque paroisse est libre d'édicter ses règles, mais depuis environ cinq ans, elles sont de plus en plus nombreuses à demander aux invités des mariés de se passer de riz, sur Vaud comme sur Genève, explique-t-il.

Aucune directive n'a en revanche été transmise par la hiérarchie ecclésiastique – d'ailleurs l'Église catholique romaine genevoise, contactée par 20 minutes online, dit ne pas être au courant de cette mode. Mais l'abbé Claude Pauli, curé de la paroisse catholique de Saint-Joseph, confirme la tendance. «C'est quelque chose que l'on tente d'instituer», assure le religieux qui célèbre une vingtaine de mariages par année.

«Un manque de délicatesse»

Et quelles sont les raisons qui motivent l'abandon d'une tradition séculaire, symbole de fertilité et fécondité? «Il y a un côté pratique», répond Philippe Reymond. «Le nettoyage des grains est fastidieux et coûte cher. Il y a aussi une dimension éthique. Lancer du riz est un gaspillage de nourriture alors que de gens doivent tirer le diable par la queue pour réussir à se nourrir.» Et Claude Pauli de renchérir: «C'est un geste qui manque de délicatesse envers les pays qui n'ont pas accès à cette denrée.»

Les deux hommes d'Eglise assurent par ailleurs que les mariés qui les sollicitent comprennent parfaitement cette directive et s'y plient sans rechigner. De nombreuses paroisses encouragent donc leurs ouailles à lancer désormais des bonbons, des pétales de fleurs, voire même des bulles de savon pour célébrer les noces. «Une nuée de pétales est tellement plus jolie qu'un lancer de riz», conclut, enthousiaste, Philippe Reymond.

*Prénom d'emprunt

Les mairies moins regardantes

Du côté des mariages civils, les municipalités de Genève et Lausanne n’ont pas de directives précises concernant le lancer de riz. Elles demandent toutefois aux invités de ne pas le jeter à l’intérieur des bâtiments.

Ton opinion