Le roi des hackers risque l'extradition
Actualisé

Le roi des hackers risque l'extradition

Un juge londonien a recommandé hier l'extradition vers les Etats-Unis de Gary McKinnon, un chômeur britannique qui a reconnu avoir piraté les ordinateurs du Pentagone et de la Nasa.

McKinnon est accusé d'avoir piraté et endommagé, entre février 2001 et mars 2002, 53 ordinateurs de l'armée américaine, de la marine, de l'armée de l'air, du Pentagone et de la Nasa. Le tout de sa chambre dans le nord de Londres. Quatorze Etats américains le poursuivent sous huit chefs d'accusation. Il a été qualifié de «plus grand pirate informatique de tous les temps» par le procureur de l'Etat de Virginie.

Gary McKinnon assure avoir avant tout cherché des preuves de l'existence des ovnis. Selon lui, l'armée américaine détient des informations sur ce sujet et les cache au monde. Il s'est dit stupéfait du manque de sécurité des systèmes piratés. Il a été démasqué par la police britannique en 2002.

(afp)

Ton opinion