Le roi du tapis met la clé sous la porte
Actualisé

Le roi du tapis met la clé sous la porte

GENEVE. L'une des plus anciennes maisons genevoises de tapis, «Persia», ferme ses portes.

Jérémy Wannek, 33 ans, s'est rendu à l'évidence: «Cela fait dix ans que j'ai repris l'affaire familiale. Genève, contrairement à Londres, n'est pas un marché très lucratif en matière de tapis prestigieux.» Dans ses 800 m2 de surface, le directeur possède encore des pièces uniques du shah d'Iran valant plusieurs millions de francs. Mais elles ne sont visibles que sur rendez-vous. Toutes les pièces sont «bradées» jusqu'à la fin de l'année. Le jeune businessman veut retourner à sa profession de base: consultant en décoration d'intérieur. Une boutique de luxe devrait s'installer à la place.

sha

Ton opinion