Le round de Doha bloqué après cinq ans d'efforts
Actualisé

Le round de Doha bloqué après cinq ans d'efforts

Les négociations du round de Doha, lancées en 2001, ont été suspendues à Genève pour une période indéterminée au terme de près de cinq ans d'efforts.

Les principales puissances commerciales n'ont pas trouvé d'accord sur le dossier agricole.

Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Pascal Lamy a officiellement proposé aux 149 pays membres de suspendre les négociations. Il n'a pas fixé de date pour leur reprise.

«Le temps sera venu seulement quand les pays membres seront prêts à jouer le jeu», a affirmé M. Lamy, en souhaitant qu'ils engagent «une réflexion sérieuse». Selon lui, «tous les pays sont perdants.»

Interruption prématurée

Les discussions de la dernière chance entamées dimanche entre les six grands acteurs du commerce mondial (Australie, Brésil, Etats-Unis, Inde, Japon, Union européenne) auraient dû normalement se prolonger jusqu'à début août et être élargies aux 149 pays. Elles ont été interrompues prématurément dès lundi matin.

Tant la représentante américaine au commerce Susan Schwab que le commissaire européen Peter Mandelson ont fait part de leur déception. «Nous avons raté la dernière sortie de l'autoroute des négociations cet été. Cela était ni souhaitable ni inévitable», a affirmé M. Mandelson.

Le négociateur européen n'a pas caché les coûts économiques et politiques d'un affaiblissement de l'OMC et du système commercial multiltéral. «C'est un revers majeur», a estimé pour sa part le ministre brésilien des affaires étrangères, Celso Amorim.

Offre de l'UE insuffisante

Les deux principales puissances commerciales se sont rejetés la responsabilité de l'échec de la réunion. Le secrétaire américain à l'agriculture Mike Johanns a affirmé que les propositions de l'UE sur l'accès au marché n'ont pas répondu à l'attente des Etats-Unis.

«Les Etats-Unis n'ont pas voulu reconnaître la flexibilité montrée par les autres pays et, en conséquence, n'ont montré aucune souplesse sur les aides agricoles», a expliqué Peter Mandelson.

«Nous n'avions pas de raison de présenter une nouvelle offre puisque l'UE a refusé d'ouvrir davantage son marché», a rétorqué Mike Johanns.

Il a cité l'exemple du boeuf, pour lequel la proposition européenne aurait fait passer les droits de douane appliqués par l'UE de 80 % à 61 % seulement, des «droits encore prohibitifs», selon lui.

Mike Johanns a ainsi réfuté l'idée selon laquelle l'UE était prête à offrir un quota d'importation de 800 000 tonnes de boeuf par an, estimant que le vrai chiffre était de 160 000 tonnes, soit seulement 2 % du marché.

Rejetant ces arguments, M. Mandelson a estimé que «dire qu'il n'y a pas d'ouverture des marchés sur la table des négociations est tout simplement faux». Il a rappelé que l'UE était prête à offrir de baisser de moitié ses droits de douane sur les produits agricoles et à réduire ses exigences en matière de «produits sensibles» bénéficiant d'une protection accrue.

L'OMC doit continuer

Les principaux acteurs n'ont toutefois pas voulu complètement fermer la porte. M. Mandelson a assuré que l'UE ne renonçait pas à reprendre la négociation «une fois que la fumée se sera dissipée».

Susan Schwab a également affirmé que «l'OMC doit continuer». Le directeur général de l'OMC Pascal Lamy devra faire en sorte que le processus puisse reprendre, a-t-elle indiqué.

Regrets de la Suisse

La Suisse «regrette vivement» l'échec des négociations au sein de l'OMC, a affirmé le chef de la délégation suisse Luzius Wasescha. Selon lui, les négociations lancées à Doha en 2001 pourraient être «bloquées plusieurs mois, voire plusieurs années» dans l'attente d'un changement «des paramètres politiques».

«Si nous devons attendre une nouvelle administration américaine, cela nous amène jusqu'en 2009», a déclaré le représentant du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Dans l'intervalle, il s'attend à ce que les principales puissances commerciales et la Suisse accèlèrent la conclusion d'accords bilatéraux et régionaux. (ats)

Ton opinion