Evolution: Le Saint-Bernard et ses nouvelles missions
Actualisé

EvolutionLe Saint-Bernard et ses nouvelles missions

De chien d'avalanche, le Saint-Bernard s'est aujourd'hui transformé en thérapeute. Sa bienveillance envers les êtres humains en font un auxiliaire idéal dans les institutions sociales.

par
cam
Le Saint-Bernard aime les êtres humains sans retenue et fait preuve d'énormément d'empathie. (Iris Kürschner, www.powerpress.ch)

Le Saint-Bernard aime les êtres humains sans retenue et fait preuve d'énormément d'empathie. (Iris Kürschner, www.powerpress.ch)

L'époque où la mission première des Saint-Bernard consistait à recherchaient des personnes ensevelies sous une avalanche est bien révolue. Depuis l'apparition des techniques modernes de recherche, le chien d'avalanche typique de jadis n'est plus utilisé pour sauver des vies. On recourt, certes, encore à des chiens de races plus petites en cas de catastrophe mais plus à notre symbole national.

Le Saint-Bernard ne passe toutefois pas ses journées à paresser mais remplit encore et toujours des tâches utiles. «Il aime les êtres humains sans retenue et fait preuve d'énormément d'empathie. Le Saint-Bernard est par conséquent idéal comme chien social et d'assistance à la thérapie. En tant que tel, il aide des personnes malades et défavorisées à accroître leur bien-être», explique Urs Lüscher, vétérinaire auprès de la Fondation Barry, à Martigny: « Nos chiens ont ainsi été utilisés à cette fin une soixantaine de fois au cours de l'année dernière».

«Mes collègues et moi visitons régulièrement des personnes dans des EMS, allons dans des institutions sociales ou participons avec nos chiens à des camps de vacances pour enfants», explique la gardienne d'animaux Cécile Loye: «Dans ce contexte, nous avons déjà vécu beaucoup de moments émouvants. Une fois, une patiente presque incapable de bouger a néanmoins réussi à remuer légèrement sa main parce qu'elle voulait à tout prix caresser une chienne. Nous en avions presque les larmes aux yeux, la thérapeute et moi.»

Les Saint-Bernard de la Fondation Barry bénéficient cependant aussi d'autres occupations. Manuel Gaillard est responsable des chiens auprès de la fondation. Il précise: «Les chiens de l'hospice sont d'excellents animaux de trait. Ils tirent volontiers une luge ou chariot, à la plus grande joie des enfants.» De nos jours, le mental des chiens n'est pas non plus oublié: ils sont quotidiennement stimulés et encouragés, apprennent des tours ou cherchent des objets cachés. Cela représente une bonne douzaine d'activités différentes.

Ton opinion