Yverdon-les-Bains (VD) - Le salaire du directeur cristallise les crispations

Publié

Yverdon-les-Bains (VD)Le salaire du directeur cristallise les crispations

Outre les accusations de dysfonctionnement et de mauvais management, les revenus du directeur du musée de la Maison d’Ailleurs interpellent ses pairs. Mais il a autant de détracteurs que de soutiens.

Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs, est dans la tourmente.

Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs, est dans la tourmente.

Facebook

Décrit, en fonction des interlocuteurs, comme «brillant, arrogant, dictatorial et séducteur», Marc Atallah divise. Son salaire de directeur du musée de la Maison d’Ailleurs, temple de la science-fiction, aussi. «Il faut reconnaître qu’en très bon communiquant, il a réussi à donner une grande audience médiatique au Musée d’Ailleurs. Mais octroyer des revenus de 182’000 fr. annuels à un directeur d’une institution subventionnée par les fonds publics m’interpelle. Un tel montant dépasse largement les standards. Il ne dirige quand même pas La Comédie de Genève mais un musée provincial», dénonce une personnalité du monde culturel yverdonnois.

Allier transparence et équité

«Je suis surprise et choquée de constater que le salaire de Marc Atallah représente quasi le double de celui d’une autre collègue», réagit une ancienne directrice de musée. «L’argent public doit être distribué dans la transparence mais aussi l’équité. À poste équivalent, on doit avoir un salaire équivalent», poursuit-elle.

«Dans la profession, s’il y a un secret bien gardé, c’est bien le salaire. Je voulais développer et professionnaliser l’institution que je dirigeais. Effectivement, mon salaire n’était de loin pas comparable à celui de Marc Atallah. Mais mon attention était plus focalisée sur le salaire des collaborateurs que sur celui de mes collègues. Les disparités sont grandes dans le monde culturel. C’est peut-être le moment de revoir à la hausse le salaire de certains autres collaborateurs», revendique une ancienne directrice d’institution culturelle yverdonnoise.

«Un salaire pas immérité»

«Qui en fait autant que lui en termes de représentation médiatique? Qui fait autant rayonner son institution? Il gagne plus que nous tous mais, à mon avis, ce n’est pas du tout immérité», réagit une autre directrice de musée. «Même ma maman est admirative de ce que Marc Atallah fait», ajoute-t-elle.

Enquête ouverte

«Le conseil de fondation de la Maison d’Ailleurs va ouvrir une enquête dès que le Numerik Games Festival (27-29 août) sera terminé.» La Ville a annoncé jeudi cette démarche à laquelle elle dit s’associer «afin d’accompagner l’institution dans son développement tout en veillant à ce que les critères d’une bonne gouvernance soient respectés». Cette enquête a été provoquée par un article de Blick, qui fait état de népotisme et de mauvais management de la part de Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne.

(apn)

Ton opinion

127 commentaires