Suisse: Le salaire médian a dépassé les 6000 francs
Actualisé

SuisseLe salaire médian a dépassé les 6000 francs

En 2012, une moitié des salariés a gagné plus de 6118 francs par mois en Suisse, selon une enquête de l'OFS publiée à trois semaines du scrutin sur le salaire minimum.

Les 10% des travailleurs les moins bien payés gagnent moins de 3886 francs brut par mois

Les 10% des travailleurs les moins bien payés gagnent moins de 3886 francs brut par mois

Le salaire médian brut a atteint 6118 francs en Suisse en 2012.

La progression a été bien plus spectaculaire chez les top managers que chez les autres salariés. Les 10% des travailleurs les moins bien payés gagnent moins de 3886 francs brut par mois, révèle l'enquête de l'OFS à trois semaines du scrutin sur le salaire minimum.

Le salaire médian signifie que la moitié des employés ont touché davantage que 6118 francs par mois en 2012, l'autre moitié moins. Il a augmenté de 3,2% ou 139 francs en deux ans, selon l'enquête sur la structure des salaires présentée mardi à la presse par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En dix ans, le niveau du salaire médian pour l'ensemble du secteur privé a augmenté de 13,4% en termes nominaux. Mais les écarts se sont creusés. Ainsi, de 2002 à 2012, les 10% des personnes les mieux payées ont vu leur rémunération croître de 22,5%. Pour les salariés les moins bien lotis, la hausse s'est limitée à 9,5%.

Baisse en termes réels

La situation est bien pire lorsqu'on examine les chiffres en termes réels, qui correspondent au véritable pouvoir d'achat, d'après l'économiste en chef de l'Union syndicale suisse (USS), Daniel Lampart. De 2010 à 2012, les salaires des mieux rémunérés ont progressé de 7,1% ( 9901 francs par an). Pendant ce temps, les moins payés ont subi une baisse de 0,6% (-286 francs).

A l'inverse, l'Union patronale suisse (UPS) a relativisé ces chiffres. Les écarts sont toujours modestes en Suisse en comparaison internationale, a jugé son directeur Roland Müller. Les deux parties ont profité de l'occasion pour utiliser les chiffres pour ou contre l'initiative de l'USS en faveur d'un salaire minimum, soumise à votation le 18 mai.

Pendant ce temps, les quelque 268'000 personnes les plus mal rémunérées de Suisse travaillent principalement dans les services personnels, comme la coiffure ou les nettoyages (près de 52%), l'hôtellerie et la restauration (38%) et la vente (20%), d'après l'OFS. Globalement, la proportion est restée stable.

Différences hommes-femmes

Autre tendance négative, la différence des salaires entre hommes et femmes, qui s'était légèrement réduite au fil du temps, a augmenté de 0,5% en deux ans, passant à 18,9%. Ces écarts salariaux entre les sexes s'expliquent en partie par des différences de formation ou d'expérience.

L'OFS constate néanmoins qu'à profils équivalents, ces différences restent «quasi systématiquement en défaveur des femmes». Par exemple, les salariées de 40 à 49 ans exerçant une fonction à haut niveau de responsabilité touchent en moyenne 25,1% de moins que les hommes présentant le même profil.

Pour l'Union patronale, ces différences sont liées aussi à l'«état d'esprit». Les hommes sont davantage prêts à assumer des efforts et à accepter des heures supplémentaires, a estimé Roland Müller. A ses yeux, «les femmes souhaitent plutôt des horaires de travail réguliers et des conditions de travail qui laissent moins de place à l'imprévu».

Etrangers

Les étrangers sont aussi moins bien servis que les Suisses, sauf dans les hautes sphères. Les cadres internationaux ont gagné en moyenne 11'250 francs par mois, contre 9683 francs pour leurs équivalents indigènes. En revanche, les Suisses occupant des postes moins qualifiés ont obtenu un salaire plus élevé (5729 francs) que les étrangers (5226 francs).

Comme top manager, il vaut mieux travailler dans les banques (52'151 francs par mois) ou les assurances (43'281 francs), que dans l'hôtellerie (11'827 francs) et la construction (16'025 francs).

Plus de bonus

La part des bonus dans la rémunération a passablement progressé en dix ans. Deux tiers des salariés en ont reçu en 2012, contre un quart en 2002. La valeur moyenne a aussi progressé de près de 2000 francs à 11'143 francs pendant cette période.

Autre facteur de disparité: le lieu de travail. En 2012, les salaires médians obtenus dans la région zurichoise ont dépassé la moyenne nationale. La région lémanique se classe au deuxième rang, tandis que le Tessin ferme la marche, loin derrière.

L'enquête, menée tous les deux ans, est basée sur les données de quelque 35'000 entreprises comptant environ 1,5 million de salariés. (ats)

Selon Syna, 14% des employés ont fourni du travail gratuitement

Au mois de mars, 14% des employés ont effectué des heures supplémentaires sans être dédommagés, indique un sondage LINK mandaté par le syndicat Syna.

Cela représente un milliard de francs non payé aux travailleurs, selon une extrapolation du président de ce syndicat interprofessionnel.

«Des milliers d«employés sont privés du fruit de leur labeur. Et l«AVS est ainsi escroquée de sommes importantes», a déclaré lundi à Berne le président de Syna, Kurt Regotz, cité dans un communiqué. Car sur ce montant impayé, aucune cotisation sociale n'a pu être versée.

Selon le sondage, 40% des personnes «en emploi» interrogées ont déclaré avoir travaillé plus d'heures que stipulé dans leur contrat d'embauche. Parmi eux, 14% n'ont ni été dédommagés, ni rémunérés pour ce travail supplémentaire, affirme Syna.

M. Regotz a calculé que «ce travail gratuit» peut-être évalué à un milliard de francs. Pour aboutir à ce montant, il se base sur une hypothèse prenant notamment en compte le salaire brut moyen et les horaires de travail habituels des entreprises.

Ton opinion