Suisse: Le salaire médian des médecins est de 190'500 fr.
Actualisé

SuisseLe salaire médian des médecins est de 190'500 fr.

Le salaire médian des médecins suisses a progressé de 1,7% en un an. Les hommes gagnent davantage que les femmes.

Les disparités sont grandes entre les médecins de sexe masculin et ceux de sexe féminin.

Les disparités sont grandes entre les médecins de sexe masculin et ceux de sexe féminin.

Le revenu médian des médecins suisses assujetti à l'AVS en 2009 s'est élevé à 190'500 francs, en progression de 1,7% par rapport à 2008. La moitié des revenus se situent entre 115'000 et 297'000 francs. De grandes disparités entre les sexes, les spécialités et les régions subsistent.

Ainsi, les femmes ont réalisé un revenu médian (la moitié présente un revenu inférieur et l'autre moitié un revenu supérieur) de 131'000 francs, nettement inférieur à celui des hommes avec 216'000 francs.

L'étude ne pondère pas les salaires en fonction du temps de travail et les femmes sont plus nombreuses à temps partiel ainsi que dans des spécialités moins bien rémunérées. Toutefois, cette importante différence entre les sexes ne s'explique qu'en partie par le taux d'occupation ou la discipline, peut-on lire mercredi dans le Bulletin des médecins suisses.

L'étude du Bureau d'études de politique du travail et de politique sociale (BASS) montre également de grandes différences cantonales, qui s'expliquent toutefois largement par la composition démographique médicale (discipline, âge, etc.). La plupart des cantons n'enregistrent pas de revenus sensiblement supérieurs ou inférieurs à celui de référence (Zurich), à l'exception de Berne, Genève et désormais aussi Neuchâtel qui font état de revenus nettement inférieurs.

Si on regroupe les cantons en sept grandes régions, les différences se réduisent considérablement. Alors que dans la région de Zurich, la région lémanique, l'Espace Mittelland, la Suisse du Nord-Ouest et le Tessin, les revenus assujettis à l'AVS vont de 181'000 (Zurich) à 188'000 francs (Tessin), ils atteignent 202'000 francs en Suisse orientale et 244'000 francs en Suisse centrale.

Ces deux dernières régions sont celles dans lesquelles le travail à temps partiel est le moins fréquent, souligne l'étude. Les différences cantonales et régionales se neutralisent largement dans le cadre d'une analyse à variables multiples.

Spécialités plus lucratives

Selon la discipline, les revenus vont de 107'000 francs en psychiatrie d'enfants et d'adolescents à 415'000 francs en neurochirurgie. En médecine générale - catégorie de référence et la plus importante en volume avec un quart des médecins pris en compte - , le revenu médian s'élève à 197'500 francs, en médecine interne à tout juste 190'000 francs et en psychiatrie et psychothérapie à 130'000 francs.

Enfin, en 2009, le revenu médian des jeunes médecins (35 ans et moins) était de 104'000 francs, celui des 46-55 ans de près du double (195'500 francs) et celui des médecins âgés entre 56 et 64/65 ans de 199'000 francs.

L'étude souligne que par rapport à 2008, seules de petites modifications se sont produites concernant la force de chaque facteur (disciplines, cantons). Les constatations centrales sont restées les mêmes, notamment que les femmes et les jeunes médecins ont réalisé un revenu inférieur, indépendamment du taux d'occupation, de la discipline, de la fonction ou encore du lieu de travail.

«Différences significatives»

«Au plan statistique, le sexe et la différence d'âge jouent à nouveau un rôle hautement significatif», lit-on dans l'organe de la Fédération des médecins suisses. Et «des différences parfois significatives» sont également constatées entre les disciplines.

Parmi les disciplines enregistrant un revenu «nettement supérieur» à celui de référence (médecine générale) figurent la cardiologie, la chirurgie plastique, la dermatologie, la gynécologie (nouveau), la neurochirurgie (nouveau), ou encore l'oto-rhino- laryngologie et la radiologie.

Les disciplines enregistrant des revenus «sensiblement inférieurs» ont à nouveau été la psychiatrie d'enfants et d'adolescents, la psychiatrie et psychothérapie ainsi que le domaine Médecin praticien.

La base de données utilisée est constituée des médecins facturant via Medisuisse, soit 61% des 18'588 médecins en pratique ambulatoire privée affiliés à la FMH. La part des femmes était de 27% et le taux d'occupation moyen de 85%.

(ats)

Campagne en Suisse romande contre les discriminations salariales

La différence salariale moyenne entre hommes et femmes en 2012 en Suisse s'élève à 18,4%, soit 1176 francs chaque mois. Un constat qui a incité la Conférence romande de l'égalité à lancer mercredi une campagne d'information sur les discriminations salariales.

«L'égalité est un sujet juridique, politique et de société qu'on se doit de remettre sans cesse au coeur des débats», a expliqué devant les responsables des bureaux cantonaux romands de l'égalité réunies à Delémont Elisabeth Baume-Schneider, la présidente du Gouvernement jurassien. Elle a qualifié d'odieuse la discrimination salariale.

Campagne de prévention

La campagne d'information sur les discriminations salariales et la Loi fédérale sur l'égalité entre femmes et hommes s'articule autour de trois axes: un spot télévisé intitulé «A travail égal, salaire égal», des affiches dans les bus des transports publics romands et une brochure adressée aux professionnels chargés de défendre les femmes victimes de discriminations.

La campagne, qui dure jusqu'au 9 octobre, entend sensibiliser les victimes des discriminations salariales et les encourager à faire valoir leurs droits. «Il s'agit aussi d'informer le plus grand nombre d'employeurs de leurs obligations», a expliqué Angela Fleury, présidente de la Conférence romande de l'égalité. Environ 40% de l'écart est dû à des comportements discriminatoires.

Plus le niveau de qualification professionnel est élevé et plus l'écart des salaires entre hommes et femmes est important. Malgré des bases légales et des campagnes d'information, la situation ne s'est que faiblement améliorée au cours des dernières années, a relevé la Conférence romande de l'égalité.

Ton opinion