Le Salève se transforme en dancefloor naturel

Actualisé

Le Salève se transforme en dancefloor naturel

Le Salève s'anime. De grandes soirées sont organisées à la station supérieure du téléphérique.

Le Salève, destination des promenades dominicales, deviendrait-il un haut lieu des noctambules? Il en prend le chemin.

«L'endroit est parfait. Nous avons la plus belle vue qui soit sur Genève, s'enthousiasme James Howard, l'un des organisateurs des manifestations. On a fait notre première soirée pour fêter la fusion des écoles de parapente genevoises et françaises. On a eu un tel succès que l'on a remis ça le 14 juillet avec des concerts et des DJ. Il y avait 1200 personnes.»

Ce n'est qu'un début. Une soirée «Brazil in heaven» est agendée le 18 août, et Sumo et Somogo se produiront le 6 octobre, jour de pleine lune, histoire de profiter un maximum de la vue. Dans un avenir plus lointain, il est prévu d'organiser beaucoup plus régulièrement des concerts. «Dès le printemps prochain, nous allons organiser des soirées tous les mois, et même un festival de trois à quatre jours en été», annonce James Howard, qui veut faire venir des DJ internationaux.

Une structure a d'ores et déjà été installée afin de recouvrir la terrasse et la scène. C'est la fondation Braillard – du nom de l'architecte du téléphérique – qui a mis la main à la poche. La fondation semble apprécier que des gens s'emploient à animer l'endroit. Pour les fêtards, justement, le téléphérique restera ouvert jusqu'à 2 h, et des navettes prendront le relais jusqu'à 7 h.

Renaud Bournoud

Ton opinion