Crise ukrainienne: Le sang a coulé à Donetsk
Actualisé

Crise ukrainienneLe sang a coulé à Donetsk

Plusieurs personnes ont été blessées lundi lors de l'attaque d'un rassemblement de soutien à l'unité de l'Ukraine à Donetsk, dans l'est du pays, une ville tenue par des militants pro-russes.

Un photographe de l'agence Reuters a vu au moins dix personnes blessées à la tête alors qu'une militante pro-Ukraine a fait état d'une vingtaine de blessés.

Plusieurs dizaines de militants séparatistes pro-russes, portant des treillis militaires et armés de battes de baseball, ont tenté de disperser ce rassemblement dont le nombre de participants était estimé entre 1000 et 2000 personnes qui scandaient «Donetsk est à l'Ukraine», «Non à Poutine», en agitant des drapeaux ukrainiens. Des pétards et une grenade assourdissante ont été lancés.

Selon une journaliste de l'AFP, environ 500 pro-russes ont participé à la contre-manifestation. Les autorités municipales de Donetsk ont indiqué avoir dénombré au total quatorze personnes blessées par des pierres jetées sur elles. L'un des manifestants, partisan de Kiev, a indiqué qu'il y avait eu «une pluie de briques et de pétards».

Une journaliste de Reuters a aussi vu des activistes pro-russes parmi les blessés. Dans la soirée, Nikolaï Solntsev, porte-parole de la «République populaire de Donetsk» proclamée par les séparatistes pro-russes, a accusé les manifestants pro-Ukraine de «provocation».

Pas d'invasion imminente

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a de son côté déclaré lundi ne pas voir de signe d'invasion imminente en Ukraine malgré la présence massive de troupes russes à la frontière, quand bien même il y a voit toutefois une certaine «menace».

Selon l'Otan, la Russie aurait massé jusqu'à 40'000 soldats à la frontière ukrainienne. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu'il «espérait fortement» ne pas avoir à envoyer l'armée en Ukraine.

Par ailleurs, M. Steinmeier a à nouveau appelé la Russie à «faire en sorte que la situation se calme» dans l'est de l'Ukraine et que «les otages (les sept observateurs de l'OSCE, ndlr) soient libérés». (afp)

Ton opinion