Actualisé 10.06.2011 à 15:37

Solidarité

Le sang ne circule pas assez

La Journée mondiale du don du sang est célébrée aujourd'hui. L'occasion de solliciter de nouvelles bonnes âmes.

de
Caroline Goldschmid
Le canton de Vaud a besoin de 33 000 dons de sang pour couvrir les besoins. Entre 2009 et 2010, la baisse des dons était de 6,7%.

Le canton de Vaud a besoin de 33 000 dons de sang pour couvrir les besoins. Entre 2009 et 2010, la baisse des dons était de 6,7%.

Donner son sang. Le geste peut sembler facile. Et pourtant. Si la majorité de la population se dit prête à être donneuse, seulement 5% le fait réellement. Comment expliquer un tel écart? «Déjà, avoir une aiguille dans le bras, ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable et cela peut représenter un frein, répond Dr. Emmanuel Rigal, responsable du centre de transfusion de Genève. Ensuite, toute l'opération dure une heure et les gens ont du mal à se libérer avec leur emploi du temps chargé.»

D'autre part, la baisse de dons est aussi conséquence des exigences requises. «C'est vrai que cette situation est paradoxale: il nous est difficile de communiquer au public que le besoin en sang est constant et grandissant tout en étant obligé de refuser environ 40% des volontaires pour des raisons de sécurité, explique le Prof. Jean-Daniel Tissot, chef du service de transfusion à Epalinges. Voyages récents, changement de partenaire, les refus sont nombreux. Même s'ils ne sont pas définitifs, cela décourage les donneurs potentiels.»

Parmi les facteurs d'encouragement aux dons, le plus flagrant est l'effet catastrophe. «Le plus bel exemple était celui du 11 septembre, se souvient le Prof. Tissot. La solidarité a été géniale, avec cette ironie qu'il n'y a pas eu besoin de sang. Les gens étaient soit morts, soit bien en vie.» Autre effet, celui des témoignages de «people» et d'action telle que cette Journée. «D'autant plus que nous arrivons à l'été, période durant laquelle le don de sang est le plus faible, à cause des vacances, et le besoin le plus important, du fait des accidents. Je n'hésiterai pas à vous culpabiliser!»

«Le synthétique n'existe pas»

Victime d'un grave accident de la route, une Témoin de Jéhovah australienne a eu la vive sauve grâce à une transfusion de produit synthétique, a révélé le dernier numéro de «The Medical Journal of Australia». Le sang synthétique pourra-t-il s'avérer une parade contre le manque de dons? «Certains agents du sang peuvent être remplacés par des médicaments pour quelques heures, le temps d'un transport par exemple, précise Rudolf Schwabe, directeur de Transfusion CRS Suisse. Le sang synthétique, on en parle depuis vingt ans mais ça n'existe pas». A l'heure actuelle, il n'y a pas de solution de remplacement à une transfusion complète, qui nécessite plusieurs litres de sang.

les critères d’aptitude au don

- Avoir 18 ans révolus

- Être en bonne santé, ne pas avoir de signes cliniques d’infection en cours (rhume, toux, etc)

- Peser plus de 50 kg, car environ 450 ml de sang sont prélevés

- Ne pas être porteur de maladies virales, telles le VIH ou l’hépatite.

- Ne pas avoir changé de partenaire sexuel dans les six mois qui précèdent le don.

- Seront temporairement exclues les personnes qui ont séjourné aux Etats-Unis ou au Canada les 4 dernières semaines ou les 6 derniers mois dans les régions où le paludisme est endémique, comme l’Afrique et l’Asie.

Une journée pour les donneurs

Chapeauté par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le 14 juin rend hommage aux millions de donneurs de sang. A Genève, les festivités auront lieu de 11 h à 17 h sur la Place des Nations. Sur Vaud, les donneurs participent d’office au tirage au sort du 2 septembre (1er prix: un week-end pour deux à Paris). Dons: dans le bus rouge qui circule dès aujourd’hui dans toute la Suisse et jusqu'au 3 septembre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!