Athlétisme: Le saut de géant de Büchler méritait mieux
Actualisé

AthlétismeLe saut de géant de Büchler méritait mieux

Un saut à 4m80 qui ne donne pas droit au podium: ce n'était jamais arrivé et c'est «tombé» sur Nicole Büchler.

La Seelandaise pourra se consoler avec son record national, son 5e cet hiver.

La Seelandaise pourra se consoler avec son record national, son 5e cet hiver.

photo: AFP

La Biennoise Nicole Büchler a signé un exploit en franchissant une hauteur de 4m80 à la perche aux Mondiaux en salle de Portland (USA), mais a dû se contenter du 4e rang, au terme d'un concours d'un niveau exceptionnel.

Büchler, pour la première fois depuis une éternité, est parvenue à se sublimer dans un grand rendez-vous. Elle a dû toutefois laisser les honneurs à la championne olympique Jennifer Suhr (USA), titrée avec 4m90 devant sa compatriote Sandi Morris (4m85) et la Grecque Ekaterini Stefanidi (3e avec 4m80, devant Büchler aux essais).

La Seelandaise pourra se consoler avec son record national - son cinquième de l'hiver déjà, pulvérisé de 5 cm - et les 8000 dollars réservés au 4e. «Cette 4e place, c'est génial! La chance a été de mon côté. Il régnait une grande tension. Le niveau était incroyable. A la fin, j'étais exténuée.»

Conditions parfaites

Ce concours fut un des plus denses et des plus relevés de l'histoire. Dans toutes les éditions précédentes des Mondiaux en salle, 4m80 auraient suffi pour une médaille, le plus souvent même pour le titre.

Lors de l'édition 2014 à Sopot (POL) par exemple, la Cubaine Yarisley Silva avait décroché l'or avec 4m70. Idem aux JO: depuis que la perche féminine figure au programme olympique (2000), 4m80 a toujours permis de remporter au «pire» la médaille de bronze.

Mais ce concours de Portland était spécial. Dans des conditions parfaites, avec la tenue simultanée de la perche hommes et dames et aucune autre discipline programmée dans cette journée d'ouverture, tous les feux étaient braqués sur les perchistes. Et les athlètes se sont régalés.

Coup de poker

Nicole Büchler a réussi un coup de poker (presque) gagnant en faisant l'impasse sur son troisième saut à 4m75 pour réclamer directement 4m80. Une hauteur qu'elle n'avait tentée qu'une fois auparavant dans sa carrière. Et là: bingo! En maîtrisant cette barre, elle se retrouvait alors en tête du concours.

Mais ses trois principales rivales, qui avaient un peu plus de marge, ont su répliquer. La Biennoise a ensuite tenté une deuxième impasse en renonçant à ses deux derniers essais à 4m85 pour demander directement 4m90. C'en était trop. A bout de forces après une dizaine de sauts dans les jambes, elle a escamoté ses dernières tentatives en refusant l'obstacle.

Elle s'est retirée en saluant discrètement le public, avec le sentiment, peut-être, d'avoir enfin franchi le dernier palier qui la séparait du plus haut niveau, à cinq mois des JO de Rio. (nxp/ats)

Lavillenie facile

Chez les hommes, il n'a pas fallu plus de deux sauts au champion olympique Renaud Lavillenie pour s'assurer du titre. Le Français est entré dans le concours à 5m75, réussis à son premier essai, tout comme 5m90 et 6m02.

Le Clermontois s'est ensuite attaqué à son record du monde (6m16) et réclamant une barre à 6m17, manqués nettement. Il s'est fait une frayeur en retombant à côté du matelas, sur le butoir, à son 2e saut. Heureusement sans mal.

L'Américain Sam Kendricks a pris l'argent (5m80) et le Polonais Pior Lisek le bronze (5m75).

(NewsXpress)

Ton opinion