Actualisé 20.12.2009 à 19:36

Football

Le sauveur du FC Baulmes, un affabulateur sans le sou

Bernard Mouthon avait promis de voler au secours du club enlisé dans les chiffres rouges. Mais il s'est servi dans la caisse.

de
phf

Bas les masques. Attendu comme le Messie à Baulmes (VD), Bernard Mouthon apparaît sous un jour perfide dans La Région Nord vaudois. Sa méthode? Frapper à la porte des clubs en difficulté financière, leur promettre monts et merveilles, taper dans la caisse et filer à l'anglaise. Ce scénario a déjà commencé à Baulmes. Un membre du comité du club a prêté au filou 10 000 francs. Il ne les reverra sans doute jamais.

Un loueur de voitures yverdonnois traite ouvertement le Genevois d'escroc: «Bernard Mouthon m'a fait des promesses qu'il n'a pas tenues, il repousse sans cesse les délais. Il me doit 20 000 fr. au minimum. J'ai alerté la gendarmerie», explique Willy Terrapon. Mis en cause, le mythomane s'est défendu en produisant des courriers électroniques émanant d'un directeur de banque monégasque qui assure que des fonds ont été versés.

La ficelle est grosse. A Monaco, on indique que le signataire du courriel a quitté la banque depuis cinq ou six ans. A Paris, celui-ci déclare être au courant de l'usurpation de son identité et a saisi la justice française. Mais tant que l'usurpateur ne met pas les pieds en France, il ne risque pas grand-chose.

L'affaire prêterait à rire si elle ne mettait pas le FC Baulmes en danger. Le club de football s'est donné une semaine pour trouver les fonds nécessaires à sa survie. C'est-à-dire jusqu'à Noël. Sinon, les «bleu et blanc» pourraient purement et simplement disparaître des terrains de 1re ligue.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!