Actualisé 21.02.2014 à 12:48

Sotchi 2014 - SkicrossLe scénario catastrophe aussi chez les filles

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Les Suissesses ont vécu un véritable cauchemar, vendredi, lors de l'épreuve de skicross.

de
Robin Carrel, Rosa Khutor

L'équipe de Suisse est la plus régulière sur le circuit de la Coupe du monde. Parmi ses quatre sélectionnées, trois étaient clairement favorites pour le podium et pouvaient prétendre à l'or olympique. Mais voilà, comme chez les messieurs la veille, rien n'a fonctionné. La Suissesse la mieux classée est simplement 8e, Fanny Smith ayant terminé dernière de la petite finale.

Pire, c'est l'ensemble des skieurs freestyle à croix blanche qui rentrera bredouille de Sotchi. Un fiasco encore inimaginable il y a quelques semaines. La délégation helvétique avait en effet le potentiel pour ramener une véritable moisson de médailles. Mais la concurrence a progressé et la malchance s'est liguée contre les athlètes de Swiss-Ski.

«Battus nous-mêmes»

«On s'est battus nous-mêmes, a pesté Ralph Pfäffli, le coach helvétique. Aujourd'hui, trois de nos filles étaient très fortes, mais des erreurs de 50 centimètres ou d'un mètre ont tout changé. C'est un tout petit décalage, mais qui change beaucoup de choses au final. C'est le jeu, c'est le skicross... Elles seront déçues pendant deux ou trois jours et ensuite il va falloir repartir pour la fin de saison sur le circuit.»

Fanny Smith a parfaitement illustré les propos de l'entraîneur national. La Vaudoise a fait une toute petite faute, sur la fin du parcours d'une demi-finale qu'elle maîtrisait. Elle s'est retrouvée sur les fesses et n'a rien pu faire pour empêcher ses concurrentes de passer.

Détails manqués

Les deux autres Suissesses qui ambitionnaient une place sur le podium ont elles aussi fait une erreur de rien du tout qui les a boutées hors de la compétition. Sanna Lüdi, largement en tête de son quart, a voulu ralentir pour s'économiser. «Je me croyais plus en avance que ça. C'est tragique, parce que j'ai beaucoup travaillé ces quatre dernières semaines pour être ici», a sangloté la Bernoise qui s'était fracturé la tête du péroné à Val Thorens en janvier.

Mêmes causes, mêmes effets pour Kathrin Müller. La Tessinoise a raté son départ au deuxième tour et n'a jamais revu ses adversaires. «J'ai essayé de les rattraper, mais je n'avais plus aucune chance. Il aurait fallu que deux filles tombent pour y croire, a-t-elle indiqué. Ce n'était vraiment pas la course des Suisses.» C'est le moins que l'on puisse dire.

Trois questions à Fanny Smith

Comment ça va?

«La main, ça va (ndlr: La Vaudoise est allée se faire recoudre après l'épreuve)... Ben voilà, je n'ai pas honte de le dire, je voulais l'or, je voulais un podium. J'ai fait une erreur en voulant «tripler» (ndlr: sauter au-dessus de trois «rollers») et ça ne l'a pas fait. Ca m'a coûté cher. Ca prouve encore une fois qu'en skicross, il ne faut jamais hésiter. Qu'il faut y aller à 200%. Sinon, on le paye cher.»

Vous disiez qu'en skiant bien, même sans podium, vous seriez contente...

«Pfff... Je m'en veux, je suis déçue, je suis triste et ça va être long pour retrouver le moral.»

Et l'équipe de Suisse a connu bien des tourments.

«Oui, mais ça ne change pas le fait qu'on a une très bonne équipe. On doit juste progresser sur les gros événements. Mais c'est le skicross, tout peut arriver. On l'a vu chez les hommes avec Alex Fiva qui n'a pas eu de chance et avec Armin Niederrer, on ne dira pas quel était le problème... Chez les filles, on était en forme, mais c'est comme ça.»

Doublé canadien

Alors que les Suissesses tentaient de passer à autre chose, la finale a vu l'Amérique du Nord triompher. Les Canadiennes ont réussi le doublé avec la victoire de Marielle Thompson devant Kelsey Serwa. La Suédoise Anna Holmlund prend la médaille de bronze. La Française Ophélie David a terminé au 4e rang.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!