Actualisé 20.06.2017 à 07:57

Conjoncture

Le SECO revoit à la baisse ses prévisions

La reprise de l'économie suisse a été moins soutenue que prévu, indique mardi Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

L'emploi devrait connaître une hausse cette année et en 2018.

L'emploi devrait connaître une hausse cette année et en 2018.

En raison d'un premier trimestre peu dynamique, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a revu mardi à la baisse sa prévision de croissance pour la Suisse en 2017. Il table désormais sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,4%, contre 1,6% en mars.

Pour 2018, le groupe d'experts de la Confédération anticipe toujours une croissance du PIB helvétique de 1,9%, souligne le SECO dans un communiqué. Tant la demande intérieure que le commerce extérieur devraient contribuer à cette progression.

L'embellie conjoncturelle devrait en outre favoriser la reprise sur le marché du travail. Les économistes confirment de ce fait leurs prévisions d'un taux de chômage de 3,2% en 2017 et de 3,1% l'année prochaine. Ils tablent aussi sur une hausse de l'emploi de 0,4% en 2017 et de 0,6% en 2018.

Au niveau de l'augmentation des prix, le SECO prévoit un renchérissement de 0,5% en 2017. Ce dernier devrait ensuite reculer à 0,2% en 2018, en raison notamment de la baisse prévue des loyers.

Reprise hésitante

Au cours des trois derniers trimestres, la reprise de l'économie suisse a été moins dynamique qu'escompté, expliquent les experts. Et sur le plan mondial, l'économie a connu une croissance modérée au début de 2017.

Aux Etats-Unis, la croissance économique de 0,3% du premier trimestre a été décevante, écrivent les experts de la Confédération. Ces derniers prévoient toutefois une amélioration de la situation au cours de ces prochains mois.

Dans la zone euro, la reprise conjoncturelle s'est par contre poursuivie. Tous les pays membres de cette entité ont vu leur PIB progresser au cours du premier trimestre. Il en a résulté une croissance de 0,6% pour l'ensemble de l'union monétaire. Pour 2017 et 2018, le SECO escompte une dynamique de croissance légèrement supérieure à la moyenne.

«Au Japon, la croissance économique au cours de trois premiers mois de l'année a de nouveau dépassé le potentiel de croissance. L'économie japonaise devrait toutefois connaître un ralentissement», estiment les économistes.

Concernant la Chine, le SECO continue de s'attendre à un relâchement progressif de la croissance. En Inde, les perspectives restent favorables et le pays devrait voir son PIB augmenter de 7% au minimum. La Russie est, elle, sortie de la récession. Quant au Brésil, la récente embellie observée reste fragile en raison de turbulences politiques.

Pour cette année et la prochaine, les experts tablent sur une expansion modérée de l'économie mondiale. La croissance durant l'année en cours devrait même être plus élevée qu'attendu lors des dernières prévisions, précisent les experts de la Confédération.

Services en berne

En Suisse, le PIB a affiché une hausse de 0,3% aux cours des trois premiers mois de l'année, «en deçà des attentes», selon le SECO. La quasi-totalité des branches de services a souffert. Mais l'industrie manufacturière a réalisé un résultat positif. Niveau pronostics, les économistes estiment que les investissements dans la construction devraient croître au cours de ces prochains mois. L'évolution favorable de l'économie mondiale devrait également profiter aux entreprises exportatrices.

«En plus de la chimie et de la pharmacie, l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) ainsi que l'horlogerie devraient également profiter de la croissance observée sur les marchés d'exportation», notent les économistes.

Les prévisions du SECO sont globalement en ligne avec celles d'autres instituts. La Banque nationale suisse (BNS) pronostique une croissance du PIB helvétique d'environ 1,5% en 2017. Le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et Credit Suisse anticipent également une hausse de 1,5%. UBS et BAKBasel sont légèrement plus pessimistes avec chacun 1,4%. A l'inverse, economiesuisse escompte une croissance de 1,7% pour l'ensemble de l'année. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!