Actualisé 13.03.2013 à 01:34

2manydjs à Caprices«Le secret d'un bon set? Surprendre le public»

2manydjs allumera le dancefloor mercredi 13 mars 2013 avec sa house et ses bootlegs. David Dewaele, membre du duo avec son frère, parle du succès mondial et familial.

de
Fabien Eckert
Les Belges Stephen et David (à dr.) mènent également une carrière parallèle sous le nom de Soulwax.

Les Belges Stephen et David (à dr.) mènent également une carrière parallèle sous le nom de Soulwax.

Le mix à quatre mains est toujours spectaculaire. Quand il est fait par 2manydjs, il devient carrément bluffant. Un des frangins, David, se confie.

Comment expliquer votre succès sans un album de 2manydjs?

Je dois l'admettre, je ne le comprends pas moi–même... C'est vraiment étrange. Je pense qu'on a réussi à fédérer une communauté avec notre 2e projet parallèle, le groupe live Soulwax. J'ai aussi l'impression que les gens aujourd'hui apprécient différemment la musique. Ils préfèrent venir voir un concert plutôt que d'acheter un album. Mais je conçois que ce soit ennuyant pour les gens qui nous ont apprécié en live de ne pas pouvoir ensuite acheter un album de 2manydjs.

Cette situation pourrait-elle changer?

C'est vrai, nous devrions. Mais on verra par la suite car on bosse en ce moment sur celui de Soulwax. On va le sortir encore en 2013.

Avantage ou inconvénient de bosser avec son frère?

Les deux (Rires)! D'un côté c'est difficile quand on n'est pas d'accord sur un truc et de l'autre c'est génial car je lui fais confiance à 200%. Par contre, quand on se retrouve tous en famille c'est extrêmement difficile de ne pas aborder la musique. Nos parents détestent ça!

En tant que producteur electro quel est votre rapport à la technologie?

Il faut savoir qu'on bosse énormément avec des outils analogiques. Bien sûr, on n'oublie pas les ordinateurs. Ils nous sont utiles pour mixer, enregistrer ou relever nos mails mais on n'est pas dépendants d'eux.

J'ai entendu dire que vous aviez une collection de vinyles monumentale...

C'est vrai! On les utilise pour notre projet parallèle, Soulwax. On a engagé deux personnes à plein temps pendant deux ans pour numériser ces disques. Et aujourd'hui on n'a même pas fini, c'est un boulot de titan!

Nostalgique du passé?

Ça n'a rien à voir avec la mode du moment, le vintage. C'est plus un attachement physique. On préfère avoir quelque chose qu'on peut toucher entre les mains. Et on préfère aussi clairement le son analogique.

Vous avez réalisé dernièrement un documentaire, «Dave», sur David Bowie. Pourquoi lui?

C'est une grande influence pour nous. Aussi bien musicalement que par la façon dont il a mené sa carrière. C'était aussi impressionnant d'observer les changements perpétuels de Bowie. Je pense qu'il est la pop star parfaite.

Quel est le secret d'un bon set de 2manydjs?

Je pense que c'est probablement la conjonction de plusieurs éléments. Un bon son et un super public prêt à se lâcher. Je pense qu'il faut aussi parvenir à surprendre son audience.

Quel est la différence entre un concert en festival et en club?

En général, en festival, on doit jouer plus fort. Il doit y avoir moins de nuances et moins de temps morts. Soit tu tapes très fort, soit tu joues quelque chose de très calme. En club, on va accorder plus d'importance aux détails. On sera plus dans l'optique d'un concert qu'on apprécie parfois sagement. En boîte, on va danser gentiment ou on va draguer une fille. Alors qu'en festival, les gens veulent s'amuser, s'éclater.

Des attentes particulières pour votre concert à Caprices?

Mon frère et moi nous réjouissons. On nous a dit beaucoup de bien du Caprices. Mais, c'est dommage, on n'aura pas le temps de skier. On va faire un aller-retour à Crans-Montana. Par contre, on aura le temps pour une bonne fondue.

2ManyDJs Live @Reading Festival 2011

2manydjs

Mercredi 13 mars 2013, 0h, The Tube. Infos et billets: www.caprices.ch

Suivez toute l'actualité de la musique et des festivals sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!