Crise: Le secteur automobile se prépare à une crise longue

Actualisé

CriseLe secteur automobile se prépare à une crise longue

Les constructeurs d'autos et de camions se préparent à une crise longue et sévère.

Ils y apportent une première réponse en réduisant leur production, certains d'entre eux ne prévoyant pas de reprise avant l'horizon 2010.

«Il serait erroné de penser que cette contraction de l'économie est de court terme», a prévenu Hakan Samuelsson, le président du directoire de MAN mardi soir devant des journalistes. MAN prévoit d'ores et déjà de cesser la production dans ses différentes unités d'assemblage pendant 40 à 50 jours, pour ajuster l'offre à la demande.

Situation «spectaculaire»

En échos à ces propos, le président de la VDA, la principale fédération allemande d'industriels du secteur, Matthias Wissmann a qualifié de «spectaculaire» la situation du marché des véhicules de tourisme.

L'industrie allemande devrait clore l'exercice 2008 sur sa plus mauvaise performance depuis 1990, l'année de la réunification. En 2009, les immatriculations de voitures neuves risquent de plonger aux alentours de 2,9 millions de véhicules contre 3,1 millions prévues cette année, selon la VDA.

Aux Etats-Unis également, la situation est particulièrement inquiétante. La plupart des constructeurs ont fait état en novembre d'une chute à deux chiffres de leurs ventes et ressentent sévèrement les effets de l'effritement de la confiance du consommateur.

En réponse, Hyundai Motor et Kia Motors ont annoncé qu'ils avaient réduit leur production aux Etats-Unis après avoir enregistré une chute de leurs ventes respectivement de 40% et de 37% en novembre par rapport à l'année dernière.

Inde aussi touchée

Les économies émergentes ne sont pas épargnées par le marasme. Tata Motors a annoncé mardi l'arrêt de la production de son site de Pune pendant trois jours à partir du 5 décembre, afin d'éviter la constitution de stocks trop élevés. Quant à Hero Honda Motor, premier fabricant indien de moto, il a reconnu que ses ventes subissaient de plein fouet les effets de la crise.

Les chiffres de la fédération des constructeurs automobiles indiens montrent que les ventes ont plongé dans le sous-continent de 15,7% en octobre par rapport à l'année dernière. Devant les difficultés rencontrées par cette industrie, les gouvernements tentent de trouver la parade, proposant des mesures incitatives ou des plans de sauvetage du secteur.

Bonne nouvelle américaine

Sur ce front, une bonne nouvelle est venue des Etats-Unis. Nancy Pelosi, président de la Chambre des Représentants a estimé mardi que le plan de sauvetage des trois principaux constructeurs automobiles, Ford, General Motors et Chrysler, avait de grandes chances d'être adopté.

Mercredi, c'est le Portugal qui a annoncé la mise en place d'une ligne de crédits de 200 millions d'euros (308 millions de francs) en faveur des exportateurs de véhicules et de pièces automobiles dans le cadre d'un plan visant à stimuler l'activité industrielle et à éviter les suppressions d'emplois. (ats)

Ton opinion