Suisse: Le sel de cuisine sera davantage iodé
Actualisé

SuisseLe sel de cuisine sera davantage iodé

Le sel suisse de cuisine iodé comprendra désormais davantage de cet oligo-élément.

Afin de prévenir une carence dans la population, Alain Berset a demandé aux producteurs helvétiques d'augmenter la teneur de 20 à 25 microgrammes par 100 grammes de sel dès le 1er janvier.

Le conseiller fédéral s'est basé sur une recommandation de la Commission fédérale de l'alimentation. La COFA a constaté que le statut iodé de la population suisse s'est détérioré au cours des dernières années, a expliqué mardi l'Office fédéral de la sécurité alimentaire.

Or, l'adjonction d'iode dans le sel depuis 1920 a permis d'éradiquer des maladies autrefois répandues comme le goitre ou les troubles du développement mental. L'apport en iode est particulièrement important chez les femmes en âge de procréer ou allaitant, chez les nourrissons et les enfants en bas âge.

Le consommateur suisse peut cependant continuer d'acheter du sel ne contenant pas cet oligo-élément. L'industrie alimentaire a moins recours au sel iodé qu'autrefois pour éviter de prétériter ses exportations. En France, il est par exemple interdit d'utiliser ce type de sel dans la confection des produits prêts à l'emploi.

La consommation de sel a également baissé de manière générale au fil du temps. Ce progrès sanitaire a néanmoins pour corollaire d'entraîner des carences en iode. Des enquêtes nationales seront menées régulièrement pour vérifier la situation, selon l'Office fédéral de la sécurité alimentaire. (ats)

Ton opinion