Actualisé 20.12.2009 à 08:32

Etats-Unis

Le Sénat débloque 636 milliards pour les dépenses militaires

Le Sénat américain a approuvé samedi un collectif budgétaire militaire de 636 milliards de dollars (quelque 636 millions de francs) pour financer les conflits en Irak et en Afghanistan.

La Chambre des représentants l'avait approvué mercredi.

Divers programmes sociaux, judiciaires et d'infrastructure ont également été inclus dans cet ensemble. Dans le cas contraire, ils auraient pris fin le 31 décembre.

Les sénateurs ont approuvé le texte par 88 voix contre 10 et l'ont envoyé pour ratification au président Barack Obama.

Victoire du président

Les fonds débloqués doivent répondre aux besoins du Pentagone jusqu'au 30 septembre 2010, mais les 128 milliards de dollars alloués aux conflits en cours ne suffiront probablement pas à couvrir l'envoi de 30.000 soldats supplémentaires en Afghanistan annoncé par Barack Obama.

Le texte représente toutefois une victoire politique pour le président américain et son secrétaire à la Défense Robert Gates, qui ont réussi à obtenir la suppression de plusieurs programmes jugés inutiles, malgré l'opposition des parlementaires soucieux de préserver des emplois dans leurs terres d'élection.

Le financement de nouveaux exemplaires du chasseur F-22 de Lockheed Martin a ainsi été supprimé, comme Obama l'avait demandé. Mais divers autres projets ont été maintenus. Les élus ont ainsi validé l'achat de dix avions de transport C-17, fabriqués par Boeing, en plus de ce que le Pentagone avait réclamé, pour un supplément de 2,5 milliards de dollars.

D'autres crédits

Le Congrès a également conservé, malgré les objections de la Défense, le projet de développement du futur hélicoptère présidentiel Lockheed VH-71, ainsi que celui d'un second moteur pour le chasseur F-35, de General Electric et Rolls-Royce.

Parmi les projets non-militaires que les élus ont glissé dans la même enveloppe afin de les prolonger jusqu'au 28 février 2010, on trouve notamment un programme d'assurance-chômage et de sécurité sociale pour les sans-emploi et le Patriot Act, qui accorde aux services de sécurité des droits étendus pour enquêter sur les menaces terroristes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!