Etats-Unis: Le Sénat torpille le plan anti-CO2 d'Obama
Actualisé

Etats-UnisLe Sénat torpille le plan anti-CO2 d'Obama

Les sénateurs républicains ont obtenu, par un vote, l'annulation des réglementations-clé d'Obama en faveur du climat.

La majorité républicaine du Sénat américain a obtenu le vote de deux résolutions qui bloquent plusieurs des plans lancés récemment par Barack Obama. Ces plans visent notamment à entamer une transition vers les énergies propres. (Image d'illustration : une centrale à charbon dans le Montana)

La majorité républicaine du Sénat américain a obtenu le vote de deux résolutions qui bloquent plusieurs des plans lancés récemment par Barack Obama. Ces plans visent notamment à entamer une transition vers les énergies propres. (Image d'illustration : une centrale à charbon dans le Montana)

Les hostilités sont ouvertes : le Sénat américain, à majorité républicaine, a adopté mardi deux résolutions annulant les réglementations phares du gouvernement de Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques.

Le président a annoncé qu'il y mettra son veto.

Les sénateurs ont adopté les mesures par 52 voix contre 46, la quasi-totalité des démocrates s'y opposant. Le vote visait avant tout à officialiser l'hostilité de la majorité républicaine aux initiatives de Barack Obama pour lutter contre le changement climatique, dont les conservateurs contestent le coût économique, notamment dans les régions dépendantes de l'exploitation du charbon.

Le «Clean power plan» (projet pour une énergie propre), élaboré par l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA), impose aux centrales électriques existantes des réductions de leurs émissions de CO2 de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005.

Un des grands chantiers d'Obama

Une autre résolution visant les futures centrales était visée par l'autre texte adopté par les sénateurs. La Chambre des représentants doit également se prononcer prochainement sur ces deux résolutions.

Le Congrès a le pouvoir d'annuler des réglementations imposées par l'exécutif, mais la Maison-Blanche a annoncé mardi que Barack Obama - qui se rendra le 30 novembre à Paris pour assister à la conférence climat -, mettrait son veto.

La lutte contre le changement climatique est l'un des grands chantiers de la présidence Obama, mais il s'est heurté depuis son élection au blocage de ses adversaires républicains. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion