Actualisé 01.06.2015 à 12:05

FootballLe Servette FC est officiellement relégué

La commission des licences de la SFL n'a pas accordé au Servette FC de licence de jeu pour la saison 2015/16, une décision sans appel possible, sauf auprès du TAS.

Les Genevois vont faire la culbute en Promotion League, au mieux.

Les Genevois vont faire la culbute en Promotion League, au mieux.

Mais on voit mal le président Hugh Quennec saisir l'autorité judiciaire suprême du sport mondial. Avec un trou d'environ 4 millions de francs dans les caisses pour cette saison, les salaires d'avril et mai ainsi que les charges sociales inhérentes et les factures des fournisseurs non payés, le SFC doit plutôt chercher à éviter ce qui semble inéluctable: la banqueroute.

Déjà recalé en première instance, le club genevois est de facto relégué en Promotion League tandis que Bienne, dernier du classement, est repêché et évoluera donc toujours en 2e division. Deux autres clubs ont dû passer par la seconde instance, Le Mont et Chiasso, qui ont tous deux rempli les critères pour obtenir leur licence.

Servette, en cessation de paiements depuis début avril, est donc toujours menacé de faillite. S'il ne trouve pas de financement rapidement, il devra déposer son bilan et repartirait en 2e ligue interrégionale, la 5e division nationale, où évolue son équipe M21.

Une situation dont le président Quennec est le premier responsable. Porté en mars 2012 à la tête du club déjà menacé de faillite par la gestion de Majid Pishyar, le Canadien, déjà patron du Genève-Servette Hockey Club, a multiplié les mauvais choix durant ces trois dernières années. Il était devenu en 2013 le premier président à connaître une relégation sportive à la tête de Servette (17 fois champion de Suisse) et le voici désormais tout proche d'être le deuxième après Marc Roger (2005) à vivre les affres d'une banqueroute.

Déjà handicapé par sa méconnaissance du football, Quennec paie ici les trop nombreux changements de direction qu'il a fait prendre à Servette au fil de son mandat et les erreurs dans la gestion sportive, notamment au niveau des contrats.

Hugh Quennec a refusé de tenir une conférence de presse. Il accordera toutefois dans l'après-midi plusieurs courts entretiens individuels aux représentants des médias. (20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!