Actualisé 25.03.2008 à 15:21

Le SEV dénonce "l'entêtement" des CFF

Le SEV dénonce l'»entêtement incompréhensible» des CFF dans les négociations, interrompues dimanche, sur l'avenir des ateliers de Bellinzone.

Selon le syndicat, la direction se refuse «obstinément» à indiquer «clairement» ses plans pour le site en grève depuis bientôt trois semaines.

Le point d'achoppement demeure la question de la révision et de l'entretien des locomotives, écrit le SEV mardi dans un communiqué. Unanimes, syndicats et politiciens tessinois exigent une garantie préalable sur la volonté des CFF de maintenir au sud des Alpes un site voué à cette technologie, précise le SEV.

Les soutiens des grévistes se disent toutefois d'accord sur une discussion ouverte sur le détail des travaux à accomplir, des machines à entretenir et même sur le nombre de postes de travail. «Il est incompréhensible que cette attitude de bonne volonté, seule à même de décrisper la situation, soit rejetée par les CFF», déplore le SEV.

Et de préciser qu'il continuera à participer aux discussions avec la compagnie ferroviaire. Lundi, les CFF ont interrompu les négociations avec le comité de grève. Les deux parties se sont rejetées mutuellement la responsabilité du blocage.

Le plan de restructuration annoncé le 7 mars par l'ex-régie fédérale prévoit la suppression de 126 postes à Bellinzone ainsi que le déplacement de l'entretien des locomotives à Yverdon-les- Bains (VD). Les grévistes exigent le retrait de ces mesures. Les CFF ont suspendu celles-ci la semaine dernière.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!