Actualisé 28.02.2013 à 11:47

MST

Le Sida a gagné du terrain en Suisse l'an passé

Le nombre de personnes infectées par le virus du sida a progressé de 10% l'an passé dans le pays avec 620 nouveaux contaminés. Le Conseil fédéral va revoir sa stratégie.

Le port du préservatif permet d'éviter les infections sexuellement transmissibles.

Le port du préservatif permet d'éviter les infections sexuellement transmissibles.

Le nombre de personnes contaminées par le virus du sida a augmenté de 10% l'an dernier avec 620 nouveaux cas. Pour répondre à cette évolution touchant d'abord les homosexuels, la campagne de prévention nationale LOVE LIFE devrait se refocaliser sur le virus dès l'an prochain, annonce le Conseil fédéral.

Selon les données provisoires de l'Office fédéral de la santé publique, les infections par voie homosexuelle ont augmenté de 11% pour s'inscrire à 274 cas. Ces contaminations ont ainsi été plus nombreuses que celles par voie hétérosexuelle, soit 264 cas ( 5), répond le gouvernement à une interpellation de la conseillère aux Etats Liliane Maury Pasquier (PS/GE), publiée jeudi.

Préoccupation du gouvernement

Par ailleurs, 30 toxicomanes ont contracté le VIH par injections, là encore 5 de plus qu'en 2011. Il semble en revanche qu'il n'y ait aucune augmentation de diagnostics du virus chez les jeunes. Selon le Conseil fédéral, la nouvelle augmentation des déclarations de VIH est préoccupante et doit être analysée à fond.

Diverses explications sont possibles. Une plus grande insouciance due aux idées selon lesquelles on peut «guérir» d'une telle infection ou qu'il est possible de mettre fin à la pandémie de sida. Pour contrer la tendance à la minimisation du VIH dans la population et les médias, le Conseil fédéral a décidé de revoir sa stratégie de prévention.

Baisse d'engagement de certains cantons

La campagne LOVE LIFE qui fait une prévention commune du VIH et des autres maladies sexuellement transmissibles se refocalisera sur le VIH dès 2014. Le Conseil fédéral renvoie aussi les cantons à leurs responsabilités: des impératifs économiques et un certain effet yoyo politique ont peut-être entraîné une baisse de l'engagement dans certains cantons, précise-t-il. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!