Actualisé 04.03.2010 à 21:48

FranceLe siège d'Ikea de nouveau occupé par des syndicalistes

Des représentants syndicaux occupaient à nouveau jeudi le siège social d'Ikea en France, près de Paris.

Ils réclament la reprise des négociations sur des augmentations de salaires, a-t- on appris de sources concordantes.

Une vingtaine d'élus des trois principaux syndicats de la société (CFDT, FO, CGT), qui protestent contre les propositions salariales faites par la direction lors de négociations annuelles, sont entrés jeudi matin dans le siège social d'Ikea à Plaisir. Cinq d'entre eux s'apprêtaient à passer la nuit sur place, selon un délégué FO.

«On demande la reprise des négociations, sereinement, pour trouver un terrain d'entente, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui», a expliqué un délégué CGT (premier syndicat français, gauche).

Des syndicalistes avaient occupé les locaux d'Ikea plusieurs jours en février avant de lever «temporairement» l'occupation pour permettre aux dernières réunions de négociations annuelles obligatoires d'avoir lieu.

A l'issue de ces discussions le 25 février, les syndicats, à l'exception de deux organisations minoritaires, avaient refusé de signer l'accord prévoyant une augmentation collective des salaires de 1% et une hausse au mérite de 1% pour toutes les catégories professionnelles.

L'intersyndicale qui réclamait initialement une hausse générale de 4%, a fait une contre-proposition de 2% d'augmentation collective, appelant les salariés à poursuivre la mobilisation.

La direction du groupe a décidé d'appliquer unilatéralement ses propositions, comme le lui permet la loi en cas d'échec des discussions.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!