Selon un sondage: Le siège de Couchepin n'est pas acquis aux Latins
Actualisé

Selon un sondageLe siège de Couchepin n'est pas acquis aux Latins

Près de la moitié des Suisses acceptent l'idée qu'un Alémanique succède à Pascal Couchepin.

Selon un sondage, 45,9% d'entre eux, dont une forte majorité d'Alémaniques, estiment que son successeur ne doit «pas forcément» être latin. Une femme serait la bienvenue.

Selon le sondage publié par le Matin Dimanche et le SonntagsBlick, il y a de fortes divergences entre Romands et Alémaniques sur la question de l'appartenance régionale. Alors que 58% des Alémaniques estiment que le siège ne doit «pas forcément» revenir à un Latin, seuls 12% des Romands sont du même avis.

Forcément

En revanche, 68,5% des Romands affirment qu'il le doit «forcément» et 32% des Alémaniques sont du même avis. Quant aux Tessinois, 55% d'entre eux estiment que le siège doit forcément revenir à un Latin, alors que 30,7 sont de l'avis contraire. Au total, 45,9% des sondés pensent que le successeur ne doit «pas forcément» être latin. Mais 41,7% pensent le contraire.

A cet égard, le sondage montre que 42,2% des personnes interrogées, tant romandes qu'alémaniques, pensent que le démocrate- chrétien Singinois Urs Schwaller est un vrai Suisse allemand. Son nom est souvent cité parmi les favoris à la succession. Il n'a pas encore dit s'il était candidat ou non.

Une femme

L'idée d'une majorité de femmes au gouvernement semble séduire les Suisses. 32% des personnes interrogées estiment certes que la compétence compte plus que le sexe. Mais 42% pensent que le successeur de Pascal Couchepin doit être «plutôt une femme», alors que 21,9% pensent qu'il doit être «plutôt un homme».

Quant à l'appartenance politique du nouveau conseiller fédéral, 31,8 des personnes interrogées ne savent pas à quel parti le siège vacant doit revenir. 23,3% pensent que les libéraux-radicaux (PLR) doivent le garder. Ils sont 12% à penser qu'il doit passer aux démocrates-chrétiens. Et 10,6% estiment qu'il revient à l'UDC.

Le sondage a été réalisé entre le 17 et le 19 juin par l'institut Isopublic. 600 personnes ont été interrogées dans les trois régions linguistiques. La marge d'erreur est de 4,1%. (ats)

Ton opinion