Bourse suisse: Le SMI clôture jeudi proche de l'équilibre
Actualisé

Bourse suisseLe SMI clôture jeudi proche de l'équilibre

Au terme d'une séance marquée de hauts et de bas, l'indice Swiss Market Index (SMI) des 20 valeurs vedettes de la Bourse suisse a clôturé à 8021,57 points, soit 0,09% ou 7,07 points sous son niveau de la veille.

Le Swiss Performance Index (SPI/30 titres dont ceux du SMI) a pour sa part cédé un minime 0,02% à 1212,55 points, et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) 0,10% à 7553,89 points.

La Bourse suisse est ainsi restée nettement à la traîne des principales places européennes. A Londres, l'indice vedette FTSE 100 a gagné 0,45%, le CAC-40 de Paris 0,56% et le Dax de Francfort 0,76%. Outre-Atlantique, Wall Street était orientée à la hausse vers 17h45, le Dow Jones progressant de 0,45% et le Nasdaq de 0,72%.

Depuis son sommet de 8411 points il y a une semaine, le SMI a perdu près de 400 points. Alors qu'il était soutenu jeudi par les financières, quelques cycliques et les poids lourds pharma ont pesé. Les craintes de voir les banques centrales bientôt resserrer leur politique monétaire ont encore contribué à inciter les investisseurs à la prudence, ont relevé des courtiers.

En début de séance, les marchés européens ont été troublés par la forte baisse de Tokyo où le Nikkei a perdu plus de 5%. Le front des nouvelles d'entreprises est resté calme et ce sont surtout des données macroéconomiques qui ont (légèrement) déterminé les cours. Les données en zone euro se sont révélées plutôt positives, alors celles venues des Etats-Unis l'étaient moins.

Les financières ont soutenu le marché durant toute la séance. Credit Suisse a gagné 1,8%, Bâloise 1,2%, Swiss Re 0,7% et Zurich Insurance 0,6%. UBS a en revanche perdu 0,2%. Les poids lourds Nestlé ( 0,1%), Novartis (-0,2%) et Roche (-0,5%) ont fini sur une note inégale.

Quelques cycliques figurent aussi parmi les gros perdants du SMI/SLI du jour: Sulzer a cédé 1,4% et Sika 1,3%. Richemont a abandonné 1,4% et Swatch 0,4%. Richemont n'a pas profité d'un relèvement d'objectif de cours par Nomura, qui invoquait une étude sur le luxe et la joaillerie a montré que ce secteur devrait croître en moyenne de 10% par an ces cinq prochaines années. (ats)

Ton opinion