Bourse suisse: Le SMI enregistre sa plus forte baisse depuis le 11 septembre 2001
Actualisé

Bourse suisseLe SMI enregistre sa plus forte baisse depuis le 11 septembre 2001

La Bourse suisse a subi lundi sa plus forte chute en un jour depuis le 11 septembre 2001, entraînée par les craintes de récession mondiale et les incertitudes liées à la crise des crédits.

Se fixant à 6458,72 points, le SMI a même atteint un plus bas à 6376 points vers 16h45. L'indice élargi SPI a pour sa part reculé de 5,84% à 5369,22 points et le SLI a perdu 6,69% à 931,71 points.

Julius Bär dernier

Julius Bär a fini lanterne rouge, en baisse de 15,3% à 44,40 francs. Le titre a par moments perdu plus de 20%. En plus de l'ambiance morose pour la branche, Bär souffre des spéculations autour de sa filiale GAM, spécialisée dans les fonds spéculatifs. On murmure que les clients retirent leurs fonds en masse. Les spécialistes craignent maintenant que la crise financière ne touche les banque privées plus que ce que l'on pensait.

OC Oerlikon a chuté de 13,5% à 178,50 francs. Les actions du groupe zurichois étaient encore à 775 francs au début de l'année: elles ont perdu près de 80% entre-temps. Alors que, la semaine passée, les bancaires étaient les principales victimes de l'ambiance morose, les industrielles passent désormais à la trappe.

UBS à 20,90 francs

Aux financières, Swiss Re a perdu 13,4% à 53,20 francs, UBS 12,8% à 20,90 et CS 8,7% à 52,40. Petroplus (-10,1%) et ABB (-9,9%) ont aussi fortement baissé.

Les défensives n'ont que partiellement échappé à la vague de ventes: Novartis (-2,5% à 59,60 francs) a fait nettement mieux que la moyenne, alors que Nestlé (-4,6% à 45,30) et Roche (-5,1% à 171,90) ont plus nettement reculé.

Synthes devant

Les meilleures «performances» de la journée sont à mettre au compte de Synthes (-1,5% à 150 francs), Givaudan (-1,6% à 890, chiffre d'affaires 9 mois mercredi) et SGS (-1,7% à 1211). SGS a encore annoncé une petite acquisition, qui n'explique pas à elle- seule la bonne performance du titre.

Sur le marché élargi, Helvetia a perdu 8,5%. Vendredi soir l'assureur saint-gallois a annoncé des amortissements relativement élevés à cause de son exposition à Sigma.

D'autres valeurs ont également fortement souffert: Affichage a chuté de 26,1% (faible volume), Temenos de 15,6%, Sulzer de 15,2%, Meyer Burger de 14,7% et Dufry de 12,5%. Dans le camp des gagnants, on trouve notamment le bon Loeb (&19,8%), IC Cham (&5,0%) et EFG (&3,2%).

Pas de bonne nouvelle de Wall Street

La Bourse helvétique n'a donc pas échappé à la spirale négative. La plupart des autres marchés européens se sont toutefois effondrés plus spectaculairement encore.

Après la faiblesse des préalables US de vendredi et les problèmes d'Hypo Real Estate en Allemagne, on s'attendait à un très faible début de séance. En revanche, l'espoir demeurait que l'ouverture de Wall Street viendrait stabiliser les marchés... On attend encore.

Au contraire, le Dow Jones a lui aussi chuté lundi en début de séance, passant même sous la barre psychologique de 10 000 points. «Ce n'est qu'une marque psychologique, mais cela n'est pas sans effet», a relevé un intervenant.

On ne sait pas encore si on assiste à un nouvel épisode de baissier ou au mouvement de «sell-off» attendu depuis longtemps. La récession menaçante aux USA et en Europe devrait maintenir les marchés des actions sous pression durant un bon moment encore, selon un participant. L'accès de panique du jour permet d'espérer une prochaine réaction technique. (ats)

Ton opinion