#NOUSSOMMESLEFUTUR: Le solaire vaut-il le coup en Suisse?
Actualisé

#NOUSSOMMESLEFUTURLe solaire vaut-il le coup en Suisse?

La puissance du soleil pourrait être utilisée davantage dans notre pays. Voici des éclaircissements sur les contre-vérités à propos de l'énergie solaire.

par
sts
1 / 6
Avec ses 41’285 km², la surface totale de la Suisse reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que le pays tout entier ne consomme d'énergie. 
Avec ses 41’285 km², la surface totale de la Suisse reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que le pays tout entier ne consomme d'énergie. 
Skitter photo
L'Office fédéral de l'énergie estime le potentiel de production des toits et façades suisses à 67 térawattheures par an. Cela signifie que l'on pourrait produire 40 fois plus d'électricité solaire qu'aujourd'hui.
L'Office fédéral de l'énergie estime le potentiel de production des toits et façades suisses à 67 térawattheures par an. Cela signifie que l'on pourrait produire 40 fois plus d'électricité solaire qu'aujourd'hui.

Keystone
Les systèmes photovoltaïques produisent principalement de l'électricité pendant la journée, en particulier à l'heure du déjeuner. Même si personne n'est à la maison pendant cette période, certains appareils ménagers comme les réfrigérateurs, les congélateurs ou les systèmes de commande consomment de l'électricité en permanence.
Les systèmes photovoltaïques produisent principalement de l'électricité pendant la journée, en particulier à l'heure du déjeuner. Même si personne n'est à la maison pendant cette période, certains appareils ménagers comme les réfrigérateurs, les congélateurs ou les systèmes de commande consomment de l'électricité en permanence.
Keystone

Le soleil est une source d'énergie inépuisable qui, comme toutes les formes d'énergies renouvelables, est beaucoup plus respectueuse de l'environnement et du climat que les combustibles fossiles. Néanmoins, des doutes et des mythes circulent encore en ce qui la concerne.

Le soleil brille-t-il assez souvent et assez intensément en Suisse pour permettre une utilisation efficace de l'énergie solaire? Quelle proportion de l'électricité produite par votre propre système photovoltaïque pouvez-vous utiliser? Ces systèmes sont-ils écologiques malgré le fort besoin énergétique pour la production des panneaux? La laideur de ces derniers ne gâchent-ils pas l'aspect du quartier? Ces différents points sont brièvement examinés ci-dessous.

Commençons par l’intensité du soleil sous nos latitudes: l’ensoleillement annuel varie dans notre pays de 1’050 à 1’550 kWh/m² en fonction du site. En d’autres termes, la surface totale de la Suisse (41’285 km²) reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que la consommation totale d’énergie du pays.

L’utilisation actuelle de la technologie photovoltaïque ne dépend que partiellement de l’intensité du rayonnement solaire. Ainsi les pays d’Europe qui exploitent le plus intensivement l’énergie solaire sont autant méridionaux (Grèce et Italie notamment) que du centre du continent (Allemagne, Belgique, République Tchèque). L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) estime que les toits et les façades des maisons suisses pourraient produire 67 térawattheures (TWh) d’électricité solaire par an. Cela signifie qu'une production d'énergie solaire 40 fois plus élevée qu'aujourd'hui serait possible.

Pour les petites installations solaires, la part de consommation privée est plus élevée

Un autre préjugé est que l'électricité produite par les systèmes photovoltaïques ne peut pas du tout être utilisée dans son propre foyer. Ce n'est pas complètement faux: les installations solaires produisent essentiellement du courant en journée, en particulier vers midi. Même si personne n'est à la maison, certains appareils ménagers comme les réfrigérateurs, les congélateurs ou les systèmes de commande consomment de l'électricité en permanence. D'autres appareils tels que les téléviseurs, les chaînes stéréo, les routeurs, les machines à café ou les photocopieuses peuvent être mis en mode veille. Ce besoin en électricité peut également être couvert par les installations photovoltaïques. Les gros consommateurs d'électricité comme les cuisinières, les fours, les appareils ménagers ou les applications informatiques sont principalement utilisés le matin et le soir. Le surplus de production qui ne peut être utilisé directement dans la maison est injecté dans le réseau électrique. Pour cela, on reçoit une rétribution, appelée le tarif de rachat. Les voitures ou les vélos électriques peuvent également être rechargés avec le surplus d'énergie solaire.

La part d'électricité produite qui peut être consommée dépend avant tout de la taille de l'installation et de la consommation énergétique individuelle. Dans une petite installation de 12m², 35 à 50% de l'électricité produite est destinée à l'usage personnel. La partie restante est injectée dans le réseau contre rémunération par le fournisseur d'électricité. Pour une installation un peu plus grande (jusqu'à 30m²) seulement 20 à 40% de l'électricité produite peut être utilisée dans le ménage. Depuis que la Suisse est en semi-confinement et que des centaines de milliers d'employés télétravaillent, la consommation d'électricité des ménages suisses se répartit tout au long de la journée et sa proportion augmente.

La production de panneaux solaires est la plus consommatrice en énergie

Quel est le bilan énergétique et environnemental des systèmes photovoltaïques? Le besoin en énergie primaire – l'énergie totale nécessaire pour fabriquer un module solaire – est généralement d'environ 7000 mégajoules d'équivalent pétrole par module selon des études. Cela correspond à environ 1,3 baril de pétrole brut. La fabrication des panneaux représente la part principale (environ 70%). Cette électricité sert principalement à la production de silicium de haute précision, au sciage des plaquettes de silicium et à la fabrication de cellules et de modules. Le reste des besoins en énergie primaire est principalement dû à la production d'autres matériaux pour les modules, tels que le verre ou le cuivre pour les câbles et les systèmes de montage pour l’installation dans les bâtiments. Il existe encore un grand potentiel d'amélioration de la consommation d'énergie primaire pour le photovoltaïque, par exemple en recyclant le silicium.

En Suisse, le délai de récupération énergétique est actuellement d'environ 3 à 4 ans. En comparaison, la durée de vie des modules est d'au moins 30 ans. Les installations photovoltaïques ne produisent aucune émission polluante au cours de leur fonctionnement. L'énergie solaire permet notamment de réduire les importations électriques en provenance de l'étranger nuisibles au climat et contribuent ainsi à réduire les émissions. Cependant, comme les gaz à effet de serre sont produits lors de la fabrication des systèmes photovoltaïques, l'énergie solaire n'est pas totalement exempte d'émissions sur l'ensemble de son cycle de vie.

Les panneaux sont disponibles aujourd'hui dans toutes les couleurs

Les amateurs d'architecture et les gardiens du patrimoine ont également des réserves sur le solaire et critiquent le fait que les modules fixés sur la façade extérieure des maisons soient laids à regarder. La technologie la plus répandue aujourd'hui est celle des modules cristallins, produits dans des dimensions standards et généralement bleus ou noirs. Elle s’est toutefois encore développée au cours des dernières années, et le choix s'est considérablement élargi.

Pour les modules cristallins en silicium, par exemple, les cellules peuvent être alignées différemment et les formes possibles sont plus nombreuses que les rectangles standards. Les modules à couche mince permettent des formes encore plus flexibles et permettent, entre autres de d’adapter aux courbes. De plus, les couleurs des modules peuvent aussi être changées avec les nouvelles technologies. La palette de couleurs va du vert au rouge en passant par le blanc.

#NOUSSOMMESLEFUTUR

#NOUSSOMMESLEFUTUR est une campagne nationale soutenue par SuisseEnergie et des entreprises de renom. Son objectif est d'encourager la population suisse à économiser de l'énergie dans la vie quotidienne et à s'intéresser activement aux thématiques énergétiques ainsi qu'à la protection du climat. En tant que partenaire média, 20 minutes soutient la campagne #NOUSSOMMESLEFUTUR avec des articles de fond, des reportages et des quiz.

Ton opinion