Actualisé 04.07.2006 à 09:57

Le soldat israélien enlevé «est en vie», assure Avi Pazner

Le porte-parole du gouvernement israélien Avi Pazner a assuré mardi que le soldat israélien enlevé par des Palestiniens «est en vie», même s'il est blessé.

«Nous savons que jusqu'à maintenant Gilad Shalit est en vie», a déclaré Avi Pazner, interrogé sur LCI. «Nous savons qu'il est blessé, qu'il a été visité par un docteur palestinien il y a quelques jours et nous espérons que ses ravisseurs comprennent l'importance qu'il y a à ce que Gilad Shalit soit en vie.»

Après l'ultimatum émis lundi, les ravisseurs ont annoncé qu'ils ne donneraient plus d'informations sur le sort du caporal israélien. «Nous ne nous rendons pas au chantage», a répondu Avi Pazner, «c'est bien qu'ils aient compris cela et qu'ils aient déclaré ce matin qu'ils n'avaient pas l'intention de le tuer».

Par ailleurs, les groupes palestiniens qui retiennent le soldat se sont retirés des négociations engagées avec des médiateurs égyptiens en vue de sa libération, Israël ayant rejeté leur ultimatum. «Les activistes ont retiré leur représentant des négociations avec les médiateurs égyptiens», a annoncé un responsable politique du Hamas, Ossama al Mouzaïni.

Menaces

Israël a prévenu le gouvernement du Hamas que «le ciel leur tomberait dessus» si les activistes blessent le caporal Gilad Shalit, enlevé le 25 juin.

Les trois factions qui ont revendiqué ce raid, dont la branche armée du Hamas, avait lancé un ultimatum exigeant de l'Etat juif qu'il relâche des centaines de détenus palestiniens en échange de la libération du soldat israélien. Il a expiré mardi matin à 06h00 (05h00 suisses).

Les factions palestiniennes peuvent désormais «le tuer, l'emmener dans un autre pays ou le cacher. Toutes les options sont possibles», a souligné al Mouzaïni.

Poursuite des opérations israéliennes

M. Pazner a par ailleurs ajouté que les opérations militaires menées dans les territoires palestiniens allaient se poursuivre. Il a assuré que ces opérations étaient «extrêmement limitées» et qu'Israël n'avait «déployé que 1 %» de sa force.

Selon le porte-parole, cette offensive «a pour but de découvrir si le Hamas a creusé d'autres tunnels ou s'ils préparent des explosifs».

Israël a poursuivi ses opérations dans la bande de Gaza et en Cisjordanie dans la nuit de lundi à mardi, alors que deux roquettes artisanales palestiniennes se sont abattues sur un champ, dans le sud d'Israël, sans faire de dégâts.

Dans la bande de Gaza, un activiste du Hamas a été tué dans un raid aérien alors qu'une autre attaque aérienne a visé l'Université islamique de Gaza, considérée comme un bastion du Hamas. Un autre activiste palestinien des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa issues du mouvement Fatah a été tué mardi par des tirs de l'armée israélienne à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!