Actualisé 20.04.2006 à 10:27

Le soleil, mieux que le nucléaire

A l'heure de la flambée des prix du pétrole, le Pr Christophe Ballif, spécialiste de l'énergie solaire, qui va donner le 26 avril sa leçon inaugurale à l'université.

– Le solaire, bon à chauffer l'eau du thé ou source d'énergie incontournable?

– Cela dépend de la volonté des politiques. En Suisse, si on posait des panneaux sur les toits bien orientés, on pourrait produire 30% de notre électricité d'ici à 2020-2030, soit presque autant que le nucléaire.

– Les milieux du nucléaire disent qu'il faudra construire de nouvelles centrales.

– Un développement volontariste des énergies renouvelables comme le solaire, la géothermie (énergie tirée du sol) ou l'énergie éolienne (vent) permettrait de renoncer à la construction de nouvelles centrales, à condition de commencer maintenant.

– Mais, le solaire, c'est cher.

– Le kilowattheure coûte entre 40 et 80 ct. Mais, en 2020, il sera aussi bon marché que celui fourni par les services industriels. Dans le sud de l'Italie, ce sera le cas d'ici à six ans. En Allemagne, le solaire est en plein boom, car la loi garantit le rachat de ce courant à prix coûtant: vous rentabilisez votre installation dans les quinze à vingt ans.

– Et en Suisse?

– C'est le dernier pays où les partisans du solaire sont vus comme de doux rêveurs. Tout se fait sur une base volontaire. Vous rentabilisez votre installation si vous faites partie d'une bourse d'échange locale: vous fournissez le courant, et des clients acceptent de payer leur courant plus cher. Une loi semblable à la loi allemande est en discussion au Parlement.

Emmanuelle Robert

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!